Congo-Kinshasa: Le 8 Mars, la célébration de la Journée Internationale des femmes

La Journée internationale des femmes (appellation officielle de l'ONU) ; également appelée « Journée internationale des droits des femmes » dans certains pays comme la France, est célébrée le 8 mars. C'est une journée internationale mettant en exergue la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes.

Cette journée est issue de l'histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain. Le 28 février 1909, une « Journée nationale de la femme » a été célébrée aux États-Unis à l'appel du Parti socialiste d'Amérique. À la suite d'une proposition de Clara Zetkin en août 1910, l'Internationale socialiste des femmes a célébré, le 19 mars 1911, la première « Journée internationale des femmes » et a revendiqué le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Depuis, des rassemblements et manifestations ont lieu tous les ans.

La Russie soviétique a été le premier pays à l'officialiser le 8 Mars 1921 en en faisant un jour férié mais non chômé jusqu'en 1965. L'évènement est resté principalement cantonné aux pays du bloc socialiste jusqu'à la fin des années soixante, lorsqu'il a été repris par la 2ème vague féministe.

C'est finalement en 1977 que les Nations unies ont officialisé la journée, invitant tous les pays de la Planète à célébrer une journée en faveur des droits des femmes. La « Journée internationale des femmes » fait ainsi partie des 87 journées internationales reconnues ou introduites par l'ONU. C'est une journée de manifestations à travers le monde : l'occasion de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société et de revendiquer plus d'égalité en droits. Habituellement, les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition féminine, fêter les victoires et les avancées.

Nous aussi, Congolais, nous nous joignons au Monde entier pour célébrer cet Evènement, d'autant plus que dans la Tragédie qui sévit dans notre Pays, la femme congolaise est une grande victime. Plusieurs ménages congolais survivent grâce à la sueur de la femme congolaise. Le Congo/Kinshasa est la Capitale Mondiale du Viol. Le viol, les mutilations des victimes et toutes sortes d'atrocités et des violences sexuelles sont utilisés comme une arme de guerre.

Puisqu'il faut un minimum de biens matériels pour pratiquer la vertu et vivre dignement, les parents sont contraints et condamnés à tolérer que leurs filles, même mineures, se prostituent pour pouvoir se nourrir, payer les frais scolaires, s'habiller, accéder aux soins de santé et se procurer les soins du corps. Le nombre élevé des filles mères, des filles séropositives et des décès dus au Sida et aux avortements clandestins est dû à la famine, au dénouement, à la misère et à la pauvreté comprise à la fois comme la précarité matérielle et la privation des capacités et des conditions sociales et des institutions publiques.

Puisque la femme congolaise n'échappe pas à la crétinisation, à l'abrutissement, à la chosification et à l'animalisation de la personne humaine en RDC, à la corruption qui est généralisée et structurelle, la femme ainsi détruite devient elle-même une grande vectrice des antivaleurs et des vices, et donc l'un des puissants facteurs de la dégradation des mœurs, de la dépravation et de l'aggravation de la Tragédie congolaise.

En RDC, l'on comprend mieux l'adage selon lequel éduquer une femme, c'est éduquer toute une nation. Elle est la base de la vie ; elle inculque l'éducation aux enfants qui seront demain la nation. Elle est la première à transmettre à l'enfant la langue, l'arbre généalogique de la famille, l'histoire de la famille, la culture, les principes de la vie, les valeurs, les règles morales ; elle est à l'origine de notre éducation, elle est un maillon important dans la transmission d'un mode de vie. Les femmes sont souvent dans l'ombre des grands hommes (mère, épouse, maitresse).

La responsabilité de la femme dans l'avenir d'une nation est énorme. La femme, cet être en apparence fragile, sensible ou même faible pour certains, est en réalité l'élément- clé décideur de l'avenir d'une nation. En effet, cet être doté de plusieurs pouvoirs (concevoir l'être humain (ou même plusieurs êtres à la fois), le porter pendant autant de temps tout en restant capable de continuer à vivre avec énergie autant que n'importe quel autre être humain en exerçant ses activités habituelles pendant cette période où elle porte en son sein cet être mystérieux dont personne connait l'avenir, le visage... ,

La femme est capable de mener plusieurs combats à la fois, de se battre sur plusieurs fronts... Débordante d'imagination et aidée par son instinct très développé, elle arrive souvent, très souvent à atteindre ses objectifs ; surtout quand elle est entourée des personnes. La femme est le soubassement de l'éducation de tout enfant. Elle est porteuse de la vie, elle se donne avec toutes ses forces pour que cette vie soit protégée. C'est elle qui, de la maison aux champs, en passant par le marché et l'école du soir, maintient la vie dans ses mains.

Tout ce qui précède nous incite à honorer toutes les Mamans Congolaises, en rappelant succinctement le rôle important et irremplaçable de la femme dans un foyer, une famille, une société, un peuple et dans le monde et en prenant l'engagement, pour mieux sortir de la Tragédie actuelle, de restaurer la dignité de la femme congolaise ; restaurer la femme en elle-même et lui permettre d'occuper sa place dans la société et d'y jouer son rôle.

Nous ferons ainsi progresser tout un peuple et toute l'humanité dans le processus de l'expansion de la jouissance, par tous, des libertés individuelles et publiques et des droits fondamentaux, civiques, politiques, sociaux, économiques et culturelles ; nous élèverons ainsi tout un peuple et toute l'humanité vers le haut, la qualité, l'excellence, la vertu, la sagesse et le bonheur.

Sensibilités, Vibrations et Energies

La femme comprend avec des sens qui ne se sont pas éveillés chez l'homme. Elle saisit certaines vibrations et elle est douée de la faculté et de la sensibilité particulière de capter des énergies, de vibrer à ces énergies, de les restituer et de les rayonner autour de soi.

Les hommes écrivent l'histoire, mais bien souvent ce sont les femmes qui la font. Derrière tout Grand Homme, il y a toujours une Grande Dame. Il y a une très belle phrase dans une chanson qui dit : la femme est l'avenir de l'homme.

Elle est une mère

Elle la mère dans toute sa beauté, dans sa pureté, la mère qui donne naissance à une autre vie, la mère qui réconforte, qui rassure et qui aide. Elle est la sève créatrice et nourricière de la Nation.

Elle est la Gardienne des Flammes Sacrées

Elle est la Gardienne de la Flamme Sacrée de l'essence de la vie

L'essence de la vie, c'est la Pureté du Feu Divin provenant de la Source, la Flamme de la Pureté de l'Amour en Soi ; Ultime Amour qui régit la Vie dont le Cœur pulse ses battements en inspirations et expirations à l'unisson de la Source. Cette Flamme agit en union avec les Maîtres de la Sagesse, qui, par leur Cœur entretiennent et diffusent continuellement le Nectar de la Source en cette Flamme de Vie qui nourrit la vie de particules dorées et la stabilise.

La Flamme « Essence de Vie » nourrit le mouvement de rotation du chakra Racine, Point Sacré, où se vit la connexion avec la Terre - Mère qui elle aussi insuffle en cette Roue sa pulsion de Vie. Cette Flamme éveille en nous la totalité de l'Amour, de la paix, de l'innocence et de la stabilité.

Le chakra signifie la roue ou un disque, comme le soleil. Le terme est aujourd'hui plus connu pour désigner des « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d'énergie) » localisables dans le corps humain. En Inde ancienne, le terme signifiait un disque de métal (or, cuivre ou fer) symbolisant le pouvoir, celui qui fait tourner la roue de la destinée des hommes, qui tient leur vie dans ses mains...

La femme est la Gardienne de la Flamme Sacrée de la Terre

Elle veille à la protection de la Terre ; elle aime la Terre, elle aime les êtres vivants de la Terre, aime la beauté de la Terre. Elle protège l'eau, la terre, l'air, le feu, le monde minéral, végétal, animal, humain, spirituel. Elle projette tout son amour sur la Terre et envoie des ondes bienfaisantes qui l'équilibre et l'harmonise. Elle aime toutes les facettes de la terre : d'ombre et de lumière, lunaire et solaire, froide et chaude, humide et sèche. Elle protège la terre, le sacré de la vie de tous les êtres vivants ; elle défend toutes les causes environnementales.

Elle protège la Terre. Elle est protectrice de la dimension sacrée de la Vie. Elle amène l'Amour sur la Terre. Elle crée des paradis sur la Terre. Cette Femme Gardienne de la Terre est une véritable Expression du Féminin Sacré. Elle protège la Vie sur la Terre et veille à son équilibre. L'humanité a besoin du savoir ancestral de la Femme afin qu'elle retrouve sa place sur la terre comme au ciel en déployant ses grands pouvoirs féminins.

La Femme est la Gardienne de la Femme Sacrée du Feu

Sa puissance est grande. Elle est la Gardienne de la flamme, du feu intérieur et extérieur qui réchauffe pendant la nuit et qui illumine les zones d'ombre en soi. Elle veille et maintenir le feu sans répit. Sa grande force provient de sa capacité à rencontrer la forte énergie du feu. Elle a une grande vitalité et une grande force physique pour accomplir sa mission. Il est nécessaire qu'elle soit très enracinée à la Mère-Terre. Elle est sage et patiente. Elle a la qualité de veiller pendant des heures et des heures à maintenir le feu bien allumé, dans un espace de contemplation, de méditation, de rêve, de vision dans les mondes subtils.

La Femme est la Gardienne de la Flamme Sacrée des traditions

Elle conserve ce qui est le meilleur du passé. Elle s'assure de maintenir les traditions sacrées dans le présent. Elle se réfère au passé de ses ancêtres, des générations précédentes.

Elle sait utiliser les mémoires du passé, pour mieux vivre son présent et agit en conséquence en prévision des 7 générations futures. Elle est sage, elle transmet la sagesse des traditions ancestrales et des cultures sages qui ont su préserver l'équilibre et l'harmonie de la Terre.

Elle regarde vers l'avant, vers l'avenir, vers le futur en conservant le meilleur des traditions. Elle est la mémoire de la Mère-Terre. L'humanité a besoin du savoir ancestral de la femme afin qu'elle retrouve sa place sur la terre comme au ciel en déployant ses grands pouvoirs féminins.

La Femme est la Gardienne de la Flamme Sacrée des lois universelles

La femme, les femmes unies et rassemblées ont un rôle essentiel à jouer dans l'établissement d'un ordre plus juste, axé sur la coopération, l'harmonie, le respect d'autrui et de toutes les formes de vie du Grand Cercle Sacré, en développant l'estime de soi, la reconnaissance des dons et capacités de chacun, de gratitude, le partage et une grande compassion.

Dans les enseignements des conseils des anciennes qui ont parcouru le temps dans des transmissions orales et secrètes, la femme est la Gardienne des lois sacrées universelles.

Elle fait découvrir dans l'enfant la connaissance, l'amour et le respect des lois naturelles : la loi des affinités et de l'attraction, la loi de la réciprocité et de l'équilibre et la loi de la pesanteur.

Elle veille à ce que les lois soient respectées, elle veille à ce que toute forme de vie ait sa place dans l'Univers et que chacune soit dans une juste relation avec les autres.

Elle veille à ce que la loi de « Donner et Recevoir », l'échange énergétique soit nourri.

Le piège du monde moderne se cache dans le fait que la femme est naturellement poussée à imiter l'homme pour réussir et s'imposer. Ainsi elle perd son originalité, son essence, son âme, sa force, sa spontanéité. Elle devient un médium, un "Channel" de l'homme.

Seule l'initiation à la Mère du monde peut renouer la femme extérieure avec la féminité intérieure et permettre enfin aux femmes d'offrir au monde une expression libre et naturelle d'elles-mêmes. Alors la voix féminine pourra s'élever forte et puissante pour faire connaître son point de vue.

L'autre piège vient de l'uniformisation. Certains croient qu'il n'y a qu'une intelligence, qu'un point de vue et qu'il se situe au-delà du sexe : c'est le point de vue de l'homme malade.

" Seule l'initiation à la Mère du monde peut réunir la femme extérieure à la féminité intérieure. Les femmes pourront alors s'exprimer librement et naturellement ".

Que la femme éveille sa propre pensée, qu'elle plonge dans son cœur, dans son corps de mère et qu'elle nourrisse sa pensée, sa parole, ses actes du feu de son âme. Alors la nouvelle époque, celle de la Mère du monde, pourra renaître.

Très Chères Mamans Congolaises !

Nous sommes tous les fruits de vos entrailles. Vous avez nourri la semence et les racines de nos vies. Et c'est vous qui, par la sueur de votre front, assurez la survie des foyers.

Vous êtes les protectrices et les vectrices des valeurs ancestrales. C'est pourquoi, vous éduquer, restaurer votre être profond, des repères et des références, votre dignité et votre valeur, vous aider à renouer avec nos origines et nos racines tout en intégrant les valeurs positives des autres peuples, c'est éduquer toute une nation, garantir la survie, la viabilité et le meilleur avenir à nos valeurs et à notre Civilisation et notre meilleure insertion dans le Gros Village qu'est devenu le Monde, la mondialisation, le Rendez-vous du donner et du recevoir.

Fait le 06 Mars 2021.

Dr François Tshipamba Mpuila (GSM et WhatsAAp : +32-493-325-104)

E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.