Congo-Brazzaville: Brazzaville - Deux centres de santé intégrés rénovés et équipés par la SNPC

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) a procédé, le 8 mars à Brazzaville, à la livraison officielle des structures sanitaires de Kombo et de Talangaï qu'elle a réhabilitées et remises aux normes, en présence de la ministre en charge de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, et celui des Hydrocarbures, Jean Marc Thystère Tchicaya et du maire de Brazzaville Dieudonné Bantsimba.

« La rénovation et l'équipement de ces centres de santé intégrés que nous mettons à disposition aujourd'hui s'inscrivent dans le cadre de la responsabilité sociétale de la SNPC en vue de répondre aux besoins sanitaires de la population », a indiqué le directeur général de l'entreprise, Maixent Raoul Ominga.

Le Centre de santé intégré de Kombo Matari, dans le 9e arrondissement Djiri, composé de deux modules et douze pièces, s'étend sur une superficie de 1.183,44 m2. « L'unité fonctionnelle de la vaccination, les salles de surveillance nutritionnelle, de consultation prénatale, le laboratoire de prélèvement et d'analyse », font partie des compartiments réhabilités et équipés, selon le secrétaire général de la Fondation SNPC, Marie-Joseph Letembet, qui a fait la présentation technique de l'ouvrage. En dehors de ces compartiments sanitaires, il y a des ouvrages d'appui comme le forage avec une réserve d'eau de plus de 9m3, l'incinérateur, le groupe électrogène, etc.

L'administrateur maire de Djiri, Victorine Ngampolo, a salué l'initiative de la SNPC qui, à travers ce geste, a amélioré les conditions d'accès aux soins de santé dans l'arrondissement tout en rapprochant les services sanitaires de la population qui ne fera plus de longues distances comme avant, à la recherche des soins de qualité dans d'autres structures hospitalières de Brazzaville, quelque peu éloignées.

A Talangaï...

Dans le sixième arrondissement, un autre Centre de santé a été rénové, équipé et remis officiellement. La particularité au niveau de Talangaï est que le complexe sanitaire est composé d'un centre de santé intégré et d'un hôpital pédiatrique.

Là, un bâtiment principal de 356,26 m2 de 18 pièces a été remis aux normes y compris la maternité avec ses 14 pièces reconstruites sur une superficie de 223,13 m2. « Ces structures comprennent, entre autres, un bloc opératoire, des salles d'anesthésie, de néonatologie, d'accouchement, de stérilisation », a expliqué Marie-Joseph Letembet. A Talangaï également, les mêmes ouvrages d'appui comme le forage, un incinérateur, un groupe électrogène ont été disponibilisés.

Au niveau des deux structures sanitaires, la SNPC a mis à disposition des moyens roulants : une ambulance et un véhicule dédié aux opérations de vaccination chacune. Les pharmacies rénovées ont été nanties des médicaments de première nécessité.

L'administrateur maire de Ouenzé, Marcel Nganongo, qui a représenté celui de Talangaï empêché, a appelé la population au civisme pour sauvegarder ce patrimoine sanitaire. Aux agents de santé, il a rappelé le serment d'Hippocrate qu'ils devraient toujours avoir à l'esprit pour mieux répondre aux besoins de la population en matière d'offre de soins.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.