Sénégal: 8 mars - Des influenceuses sénégalaises passent à l'acte

Le monde entier célèbre la Journée internationale des droits de la femme. Au Sénégal, les réseaux sociaux ne suffisent plus pour la cause des femmes.

Cette année, les réflexions sont axées autour du thème : "leadership féminin - pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19".

Au Sénégal, il y a de plus en plus de femmes leaders, entrepreneures et militantes. Les plus connues réussissent souvent à transformer leurs communautés virtuelles en groupes d'action.

De la création des communautés de femmes sur les réseaux sociaux aux actions concrètes sur le terrain, il n'y a qu'un pas. Pour marquer cette journée internationale des droits de la femme, des militantes des droits de la femme passent à l'acte.

Selon Jaly Badiane, militante sénégalaise des droits de la femme, "Le plus grand défi de tout ce qu'on est en train de faire à travers les médias sociaux, c'est de pouvoir transposer les activités virtuelles en activités physiques parce qu'il est important de mobiliser énormément sur les réseaux sociaux mais il est important de pouvoir transposer cette mobilisation dans la vraie vie. C'est la seule façon de faire prendre des décisions, d'impacter".

Entreprendre et renforcer les capacités

Comme Jaly, Oumy Régina Sambou est une influenceuse très active sur les réseaux sociaux. Elle est la chargée de communication sur Lady's Club, une communauté de femmes sur Facebook, une plateforme dédiée, entre autres, à l'entreprenariat et au renforcement des capacités.

"Sur Lady's Club, on parle boulot, on parle entreprise, on parle commerce, on parle des questions de santé et on y fait beaucoup de social", indique Régina Sambou. Elle ajoute que "Sur certaines causes, les femmes décident de descendre sur le terrain parce que dénoncer dans le virtuel, c'est très bien mais parfois on ne se fait pas trop entendre ou pas assez. Donc on choisit de faire certaines actions".

Ainsi, en transformant leurs communautés virtuelles en groupes d'action sur le terrain, ces communautés de femmes ont réussi à lever des fonds pour la réfection de l'unité pédiatrique de l'hôpital Aristide le Dantec.

En 2020, par exemple, elles ont pu obtenir la loi criminalisant le viol au Sénégal.

A La Une: Sénégal

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.