Sénégal: Série de manifestations mortelles et destructrices dans plusieurs parties du pays - Macky Sall « comprend la colère des jeunes » et promet des réponses budgétaires

Président de la Républque du Sénégal Macky Sall et Ousmane Sonko (PASTEF)

Les manifestations qui se sont généralisées ces derniers jours à cause de l'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko et qui ont provoqué beaucoup de dégâts matériels publics et privés et des pertes en vies humaines, ont aussi fait réagir le président de République sénégalaise. Macky Sall qui dit comprendre la colère des jeunes liée à l'impact d'une crise économique aggravée par la pandémie Covid-19, promet la réorientation des allocations budgétaires pour répondre à leurs besoins en termes de formation, d'emplois, de financements de projets entre autres.

« (... ) Je comprends également mes chers concitoyens que la colère qui s'est exprimée ces derniers jours est aussi liée à l'impact d'une crise économique aggravée par la pandémie Covid-19 », reconnait le République sénégalaise. Macky Sall qui s'est hier exprimé dans une adresse de la nation suite aux manifestations qui ont provoqué beaucoup de dégâts matériels publics et privés et des pertes en vies humaines, souligne que « personne ne peut nier que le monde entier, notre pays y compris, traverse une profonde crise économique occasionnant des millions de pertes d'emplois et d'activités génératrices de revenus ».

Pour le chef de l'Etat sénégalais, des familles entières sont plongées dans la pauvreté, l'angoisse et la frustration. En ce sens, dit-il, je mesure les difficultés quotidiennes dans nos villes et dans nos campagnes. « Je sais ce qu'est la vie la dure dans nos quartiers. Je comprends la colère de nos banlieues », fait-il savoir. Avant de rappeler qu'avec le fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la Covid-19, l'Etat a financé, pour 1000 milliards de francs Cfa, le soutien aux ménages, aux entreprises, aux travailleurs et aux différents corps de métiers y compris le secteur des arts et de la culture.

A l'en croire, « nous n'avons pas oublié notre diaspora que nous avons appuyée pour plus de 12 milliards ». Ce soutien à la diaspora, explique Mcky Sall, illustre d'ailleurs l'étendue de la crise que nous vivons. « Parce que d'habitude, c'est bien la diaspora qui vient en aide au pays et non l'inverse », rappelle le président Sall.

« Mais, je constate que tous les efforts jusque-là consentis (... ), restent encore insuffisants. »

Dans la foulée, M. Sall, confie que tout cela pour montrer que la solidarité, l'équité et la justice sociale restent au cœur de « nos préoccupations et bien avant la pandémie de la Covid-19 ». Mais, relève-t-il, je constate que tous les efforts jusque-là consentis, en matière de formation, d'emplois et de financements dédiés aux jeunes, à hauteur de 60 milliards de francs Cfa pour la Délégation générale à l'entreprenariat des femmes et des jeunes (Der/Fj), et de 40 milliards par an pour le Fonds de financement de la formation professionnelle et technique (3Fpt), restent encore insuffisants.

C'est pourquoi, cajole le numéro un sénégalais, m'adressant à vous les jeunes, je voudrais vous dire que je comprends vos inquiétudes et vos préoccupations. « J'ai vu nombre d'entre vous sortir dans la rue pour exprimer la colère de votre mal-vivre », témoigne-t-il. Avant de poursuivre : « Parce que vous n'avez pas d'emplois. Parce que vous aspirez à un avenir meilleur. Parce que depuis un an de lutte anti pandémie Covid-19, votre quotidien reste marqué par la morosité économique, les restrictions sociales et la limitation des espaces de loisirs et de détente. »

« (... ) Exprimer son mal-vivre nous paraît tout à fait compréhensible (... ) mais évitons de participer à tout ce qui nous retarde dans la quête d'un avenir meilleur »

Qu'une jeunesse confrontée à autant de privations exprime son mal-vivre nous paraît tout à fait compréhensible, soutient le chef de l'Etat. Qui appelle, en même temps, à éviter de participer à tout ce qui nous retarde dans la quête d'un avenir meilleur. Dans cette lancée, il indique : « Quand on saccage un commerce, quand on s'attaque aux biens d'autrui, on ne crée pas d'emplois. On en détruit. On ne fait pas reculer la pauvreté, on l'aggrave. »

Réorientation des allocations budgétaires pour répondre aux besoins des jeunes

Macky Sall, pour calmer la colère de la jeunesse sénégalaise, a brandi une promesse : « J'engagerai dans les meilleurs délais une réorientation des allocations budgétaires pour améliorer de façon substantielle et urgente les réponses aux besoins des jeunes en termes de formation, d'emplois, de financements de projets et de soutiens à l'entreprenariat et au secteur informel. »

« Dans l'immédiat, à la faveur de la campagne de vaccination en cours et de l'amélioration de la situation Covid-19, j'ai décidé d'alléger le couvre-feu lié à l'état de catastrophe sanitaire dans les régions de Dakar et de Thiès qui sera désormais fixé de minuit à 5 heures du matin », informe le président de la République. Qui explique enfin que cette mesure contribuera à élargir le champ des activités productives et aider au retour progressif à une vie normale dans ces deux régions qui concentre l'essentiel des activités économiques du pays.

A La Une: Sénégal

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.