Afrique Centrale: L'ONG Human Rights Watch demande la libération de huit Burundais, ex-réfugiés en Tanzanie

Réfugiés - archive

Ils avaient été reconduits de force de Tanzanie dans leur pays en août dernier. Ils sont depuis en prison et poursuivis pour « atteinte à l'intégrité du territoire national et participation à des bandes armées ». Des accusations infondées qui doivent être abandonnées selon l'ONG.

La base des accusations n'a quasiment aucun sens : ils sont accusés de choses très graves, liées à la sécurité de l'État car ils ont, selon le procureur, découragé les gens de rentrer au Burundi. Bien sûr qu'un réfugié en Tanzanie a le droit de d'exprimer comme il veut.

Depuis 2015 au Burundi, si vous avez quitté le pays depuis 2015 et si vous rentrez, vous êtes considéré comme opposant, comme ennemi de l'État.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X