Ile Maurice: Lu Rong Yuan Yu 588 - Les installations en amont du pompage débutent

Pointe-aux-Sables grouille de vie ce mardi 9 mars. Les opérations pour installer les tuyaux et autres équipements sont en cours. Le pompage des 130 tonnes de fioul à bord du Lu Rong Yuan Yu 588, échoué sur les récifs depuis dimanche, débutera aujourd'hui. Pour rappel, hier, Polyeco a déployé des booms anti-pollution autour de l'épave pour éviter toute propagation d'huile en cas de fuite.

Le spectre du Wakashio plane sur pointe-aux-sables

Depuis dimanche, les habitants de Pointe-aux Sables revivent un mauvais souvenir : depuis que le chalutier chinois s'est échoué sur les récifs, beaucoup ne peuvent s'empêcher de revivre le drame du Wakashio et craignent un déversement d'huile. Le bateau chinois, drossé sur les récifs, attire pas mal de badauds et de pêcheurs, qui appelleront la National Coast Guard (NCG), en vain. Ils décident alors d'aller en mer pour secourir les 16 membres d'équipage bloqués à bord. Mais le mauvais temps les empêchera de tenter quoi que ce soit. 19 h 30 dimanche : La NCG arrive sur les lieux. Aidés des pêcheurs, les garde-côtes vont en mer pendant une heure mais le mauvais temps les contraint vite à laisser la mission de sauvetage à l'hélicoptère DHRUV, qui évacuera les 16 membres d'équipage. Ceux-ci seront conduits aux Casernes centrales pour les formalités avant d'être placés en quarantaine dans un hôtel. 22 h 30 : Le sauvetage est terminé et la priorité est de sécuriser le lieu pour éviter un éventuel déversement d'huile.

La solidarité Mauricienne à l'honneur

Journée particulière sur la plage de Pointe-aux-Sables, hier. Après le sauvetage de l'équipage, l'heure était à la sécurisation de la région et la mise en place d'un système de pompage de l'huile se trouvant sur le navire. Différents députés de l'opposition se sont succédé sur la plage. Fabrice David du Parti travailliste, Alain Malherbe du Reform Party et Patrice Armance du PMSD se sont déplacés pour suivre la situation. Midi : Une nouvelle vient chambouler quelque peu le déroulement. Un lustre huileux sur la surface de l'eau serait apparu. La PPS Dorine Chukowry confirmera l'information en rassurant la population. «Péna oil spill. Se zis enn tigit deluil kinn fane akoz bato pe ale vini.» 16 heures : Les pêcheurs sont encore une fois sur le front et prennent les choses en main. C'est dans un bateau de pêche qu'ils transporteront le générateur et les équipements nécessaires au pompage d'huile. Beaucoup se demandent pourquoi la NCG n'est pas impliquée dans cette opération. Nous apprenons plus tard d'un pêcheur que le contrat du pompage d'huile a été alloué à la compagnie privée Polyeco, raison pour laquelle la NCG s'est mise en retrait de l'opération. Après avoir placé des booms en mer et déposé les équipements, les pêcheurs espèrent démarrer le pompage d'huile du bateau aujourd'hui. En espérant qu'il n'y ait pas un déversement de fioul en mer entre-temps.

Me Mooroongapillay demande de sécuriser tous les documents pour enquête

Dans une correspondance au commissaire de police, Rajiv Servansingh, hier, l'avocat Me Rouben Mooroongapillay lui demande de sécuriser tous les documents relatifs au Lu Rong Yuan Yu 588 pour les besoins de l'enquête. Il s'agit de : son Voyage Data Recorder et son Log Book, le Port-Louis Port Control Tower Log Book, le Log Book du Ops Room de la NCG et l'enregistreur vocal et finalement le rapport journalier de la Mauritius Ports Authority sur l'arrivée des navires. Sudheer Maudhoo affirme que la police et les officiers de son ministère ont été héliportés pour sécuriser les «log books» du chalutier. Selon le Director of Shipping, Alain Donat, il n'y a pas de VDR sur un bateau de pêche. D'où le besoin de sceller les «log books». Une enquête préliminaire sous la Merchant Shipping Act Section 10 va également débuter.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.