Madagascar: Antsiranana - L'environnement garant de l'autonomie économique des femmes

La première Dame a choisi, cette année, Antsiranana pour la célébration officielle du 8 Mars. Celle-ci a été axée sur l'environnement et le développement durable.

L'originalité de la célébration de la Journée mondiale de la Femme, cette année, s'est reflétée dans les évènements dirigés par l'épouse du président de la République, et qui se sont déroulés pendant une semaine dans les provinces. Le clou de cette célébration a eu pour cadre, ces deux derniers jours, Antsiranana. Également présidente de l'Association Fitia et en collaboration avec l'équipe du ministère de l'Environnement et du développement durable, la première Dame s'est déplacée dans la magnifique baie d'Antsiranana, réputée pour être la deuxième baie mondiale par ses dimensions.

C'est à travers une action participative que les femmes, ministres et épouses de ministres, parlementaires et épouses de députés, dirigeantes ou femmes au foyer, bureaucrates ou femmes de pêcheurs, ont été mobilisées pour le repeuplement des mangroves. De bon matin, elles se sont données rendez-vous devant cet îlot rocheux sacré, réservé aux cérémonies rituelles des Sakalava Bemazava et Bemihisatra. Dix mille propagules ont été mises en terre sur une superficie de 1,50 ha.

Dans son discours, la ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion féminine, Michelle Bavy Angelica, a évoqué les impacts de la dégradation de l'environnement. Les femmes et les enfants en sont les principales victimes. C'est pourquoi certaines sont contraintes de quitter le Sud pour survivre. Néanmoins, elle a aussi confirmé qu'elles sont également acteurs de dégradation de l'environnement. « C'est pourquoi nous agissons en plantant des mangroves pour améliorer notre environnement et pour aider nos sœurs et les pêcheurs qui exploitent ce lieu à subvenir aux besoins de leur famille afin que les femmes puissent être économiquement autonomes, indépendantes et responsables dans la prise en charge des tâches ménagères », lance-t-il.

Un gagne-pain

L'occasion a permis à la première Dame de mieux expliquer l'importance de ce reboisement face à la rareté des espèces qui peuplent la mangrove, pour ne citer que les crabes, les mollusques, les crustacés et les poissons. « Il est de notre devoir de la protéger car, outre son rôle environnemental, elle est l'habitat des crabes qui constituent le gagne-pain des femmes », affirme-t-elle. Et de préciser que ses récents déplacements dans les chefs-lieux des provinces ont consisté à aider les femmes pour leur épanouissement socioéconomique.

Pour les Antsiranaises, la situation sanitaire causée par la Covid-19 et la pluie ne les ont pas empêchées de marquer la célébration. Un millier de femmes issues de différentes associations ont participé à un grand carnaval qui a sillonné les artères de la ville durant plus de trois heures. Des femmes issues de différentes associations ont pris d'assaut tôt le matin la Place Foch. Cette fois-ci, il y a eu une foule immense aux alentours de cette place historique avec l'animation de la fanfare militaire.

Le défilé costume s'est ébranlé à 9 heures, et les participantes ne craignant pas de mouiller leurs cheveux bien coiffés et leurs tenues d'apparat « salovana ndraiky kisaly » élégamment portées par la majorité des femmes Antakarana souvent divisées par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques. Mais cette fois-ci, elles se sont réunies pour célébrer leur journée. La différence a été effacée lors de la célébration.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.