Ouganda: L'opposant Bobi Wine appelle les Ougandais à se mobiliser

L'opposant ougandais Bobi Wine

Près de deux mois après l'élection présidentielle, l'opposant Bobi Wine demande à la population de se mobiliser pour contester les résultats officiels du scrutin et la victoire du président sortant Yoweri Museveni. Après avoir retiré son recours devant la Cour suprême, le principal candidat de l'opposition appelle maintenant les Ougandais à réagir.

Durant sa conférence de presse, Bobi Wine a une nouvelle fois affirmé avoir remporté l'élection présidentielle de janvier dernier. Après avoir déclaré avoir retiré son recours à la Cour suprême à cause de la partialité des juges, il appelle désormais les Ougandais à examiner eux-mêmes la transparence du scrutin.

« Je suis ici pour annoncer une nouvelle fois, que nous sommes tout seuls. C'est aujourd'hui devant le tribunal du peuple que nous remettons notre recours. Et le peuple ougandais doit maintenant délibérer pour juger cette affaire », a-t-il déclaré.

Le parti de Bobi Wine doit rendre publiques sur son site internet toutes les preuves avancées devant la Cour suprême. L'opposant demande maintenant aux Ougandais de se mobiliser, sans donner de date précise de début du mouvement.

« Je vous appelle à vous soulever, pacifiquement et sans armes, pour manifester contre un régime qui nous oppresse. Ils nous ont oppressés, ils nous ont exploité, et ils nous ont transformé en esclaves dans notre propre pays », a-t-il ajouté.

À la fin de son discours, Bobi Wine a formulé plusieurs demandes aux autorités ougandaises : l'ouverture d'une enquête indépendante sur les élections, la libération des membres de son parti toujours en détention, le retour de personnes déclarées disparues et qu'il affirme avoir été enlevées par les forces de sécurité, l'arrêt des procédures judiciaires de civils devant la cour militaire.

Un jour avant la conférence de presse de l'opposant, la police de la ville de Kampala a publié un communiqué pour mettre en garde les militants : les forces de sécurité « n'hésiteront pas à arrêter et poursuivre » toute personne qui participe à ces « activités illégales ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X