Gambie: Le Directeur de l'Administration fiscale prône la libre circulation des biens dans la sous-région

Le Commissaire Général de l'Administration Fiscale de la Gambie a renouvelé son invitation aux pays membres de la CEDEAO, et ce, en vue du respect et de la mise en application des accords de coopération de la CEDEAO qui ont été signés par les pays membres.

Yankuba Darboe a fait cette déclaration récemment lors d'une visite de courtoisie que le Conseil d'Administration et les hauts responsables de l'Administration Fiscale de la Gambie ont effectuée à la compagnie Gam Petroleum, et ce, dans le cadre de ses visites sur le terrain.

Darboe a reconnu que les obstacles au commerce transfrontalier constituent l'une des plus grandes difficultés auxquelles la sous-région est confrontée. Il a invoqué les barrières commerciales entre la Gambie et le Mali qui, selon lui, demeurent un obstacle majeur dans les relations entre les deux pays.

Cela, a-t-il dit, a mis un frein important à l'accélération et à l'épanouissement des relations entre les deux pays. Cette situation est principalement due au manque de respect des états membres des accords de coopération de la CEDEAO.

Il a révélé que 90 camions-citernes sont présentement à l'entrepôt de carburant de Mandinary, et ce, en raison des obstacles au commerce transfrontalier entre les deux pays.

La Gambie, a-t-il poursuivi, a signé tous les protocoles d'accord avec les partenaires étrangers et organisations internationales telles que la CEDEAO, l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), l'Union Africaine et l'Union Européenne parmi tant d'autres.

" Cependant, les obstacles au commerce transfrontalier demeurent une source de préoccupation pour les pays de la sous-région."

Le directeur de l'Administration Fiscale de la Gambie a également indiqué que le problème du commerce transfrontalier doit être résolu par les états membres en vue de faciliter et de garantir la fluidité des échanges commerciaux entre les pays de la sous-région.

A cet égard, il a renouvelé son invitation aux pays de la CEDEAO à adhérer pleinement aux accords de coopération de la CEDEAO en vue de permettre la libre circulation des biens et des personnes dans la sous-région.

" L'Administration Fiscale de la Gambie et les services douaniers doivent travailler la main dans la main avec la Direction de Gam Petroleum pour une résolution des obstacles au commerce transfrontalier en vue de faciliter les échanges commerciaux. Notre organisation a signé des accords de coopération avec tous les acteurs et partenaires internationaux impliqués dans le commerce transfrontalier. La libre circulation des biens entre les pays de la sous-région devrait normalement donc être une réalité" a-t-il déclaré.

" J'ai l'intime conviction que nos voisins et les pays frères de la sous-région nous permettront de nouer et de développer des relations commerciales avec les peuples Maliens, Guinéens, Bissau-Guinéens ou tout autre pays de notre choix."

Darboe a indiqué que le monde est arrivé à un stade où ' nous devons faire preuve d'ouverture incitant ainsi chaque nation à développer et à garantir des échanges commerciaux harmonieux'.

Pour sa part, le Directeur General de Gam Petroleum Sekou Drammeh, a parlé des rôles et responsabilités de la compagnie tout en précisant que Gam Petroleum est chargé de la collecte et du stockage des produits pétroliers dans le pays.

" Nous sommes également investis, et ce, en fonction de la demande, dans la réexportation des produits pétroliers vers le Mali, la Guinée-Bissau et par extension la Guinée-Conakry."

Drammeh a qualifié les relations avec l'Administration Fiscale de la Gambie de ' très fructueuses au cours de ces dernières années', profitant ainsi de l'occasion pour exprimer sa gratitude pour la visite de courtoisie du Conseil d'Administration ainsi que des hauts dignitaires de l'Administration Fiscale de la Gambie.

Il a exprimé son optimisme qu'ils continueront de travailler et de coopérer ensemble pour le plus grand bien de la Gambie.

A La Une: Gambie

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.