Afrique: Journaux sanctionnés au Togo - RSF dénonce des décisions "infondées et disproportionnées"

communiqué de presse

La justice a confirmé les suspensions infligées à deux journaux, "L'Alternative" et "L'indépendant Express". Reporters sans frontières (RSF) condamne des décisions infondées et disproportionnées qui discréditent les mécanismes de régulation des médias.

Ses efforts pour prouver sa bonne foi n'ont manifestement pas suffi. Le 9 mars, le journal L'Alternative de Ferdinand Ayité a été suspendu pour quatre mois. C'est la chambre administrative de la Cour suprême qui a confirmé cette sanction, infligée un mois plus tôt par la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC). La décision avait été prise après une plainte du ministre de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Réforme foncière. Ce dernier était présenté dans un article comme un "faussaire" pour avoir, selon les informations du média, utilisé de faux documents en tant qu'administrateur des biens appartenant à une famille d'un riche homme d'affaires décédé.

Le journaliste accusé avait alors publié une lettre détaillant le contenu de son audience devant l'organe de régulation, témoignant du sérieux de sa démarche journalistique, en vain. Joint par RSF, Ferdinand Ayité a avoué ne pas être surpris par cette décision qu'il a qualifié de "politique". Les arguments de la HAAC pour sanctionner le reporter n'avaient pas fait l'unanimité au sein de l'organe lui-même, puisque l'un de ses conseillers s'était publiquement désolidarisé de cette décision qui, selon lui, « fait le jeu » du ministre concerné par l'affaire.

Dans un autre dossier, la chambre administrative de la Cour suprême a également confirmé la décision de la HAAC de suspendre sous toutes ses formes L'Indépendant Express dirigé par le journaliste Carlos Kétohou. L'organe de régulation avait demandé au juge de lui retirer sa licence après la publication d'un article sur un vol présumé de cuillères dorées par deux ministres. Carlos Ketohou avait déjà été arrêté et détenu illégalement après la publication de ce même article.

"Rien ne peut justifier des mesures aussi radicales, déplore le directeur du bureau Afrique de l'Ouest de RSF, Assane Diagne. Ces décisions sanctionnent de manière infondée pour l'une, disproportionnée pour l'autre, deux publications après des plaintes du gouvernement ou de ses membres. Cette situation jette le discrédit sur les mécanismes de régulation des médias et prouve malheureusement qu'aucune institution n'a été capable d'exercer un contrôle juste et impartial respectant un équilibre entre obligations des journalistes et nécessité de protéger la liberté d'informer. Il est temps de renforcer l'indépendance de la HAAC et de prendre des mesures adaptées pour éviter de répéter ces décisions qui font peser de sérieuses menaces sur l'exercice du journalisme au Togo."

Jeudi 11 mars, Ferdinand Ayité doit également comparaître devant la cour pour le procès en appel dans l'affaire dite du pétrole-gate. En novembre dernier, le journaliste et son média avaient été condamnés à une amende de quatre millions de francs CFA (un peu plus de 6000 euros) pour avoir révélé de présumés détournements massifs d'argent dans le secteur du pétrole impliquant des responsables publics de premier plan dont plusieurs ministres.

Le Togo occupe la 71e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF.

Plus de: RSF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.