Congo-Kinshasa: Bintou Keita réitère la détermination de la MONUSCO à appuyer la stabilisation de l'Ituri

communiqué de presse

« Pour guérir les plaies pour tout un chacun et pour toutes les communautés en Ituri, il est impératif que la confiance s'installe entre tous les acteurs impliqués dans la lutte contre les ennemis de la paix. C'est ce qu'a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo, Bintou Keita, ce jeudi à Bunia en Ituri.

Lors d'une réunion avec le Comité provincial de sécurité à Bunia, la cheffe de la MONUSCO s'est montrée optimiste face à la situation sécuritaire dans cette province de la RDC. « Avec la Force, la volonté politique de l'Etat au niveau central, au niveau provincial, au niveau local, et avec la volonté d'accompagnement de tous les partenaires, des Nations Unies, de la MONUSCO et des partenaires bi et multilatéraux, il est possible de faire autrement », a-t-elle déclaré.

Faire autrement pour vaincre les groupes armés dans cette province volatile de l'Est de la RDC, c'est aussi l'attente des populations. Celles-ci espèrent qu'avec un nouveau leadership à la tête de la MONUSCO, des changements pourraient s'opérer en vue de la restauration de l'autorité de l'Etat et de la pacification de la province.

« Ce que nous attendons de Madame la cheffe de la MONUSCO, c'est la pacification de l'Ituri. Rien que cela. Si nous pouvons seulement avoir la paix, si notre province peut être pacifiée, nous pensons que cela nous suffit. Nous sommes fatigués de vivre dans ces conditions d'insécurité perpétuelle, et cela devient de plus en plus inquiétant. C'est comme si l'Ituri est abandonnée », affirme Claudine Nzeni Murumiyo, habitante de Bunia.

Reconnaissant l'importance de la MONUSCO dans la province, Alphonse Likana, Journaliste à Bunia souhaite que les actions de la Mission soient davantage expliquées aux populations à travers des sensibilisations, afin que celles-ci ne fassent plus d'amalgames et sachent faire la différence entre rumeurs et réalité sur le rôle exact et la présence de la MONUSCO.

« La population de l'Ituri attend de la nouvelle Représentante spéciale un changement, afin qu'on ait un nouvel espoir. La population a besoin de la MONUSCO ici en Ituri pour nous aider à mettre fin à l'insécurité. La MONUSCO est souvent accusée de ne pas visiter certains points chauds de la Province et même du pays. Avec elle, nous attendons de voir la MONUSCO se déployer partout où il y a de l'insécurité. Nous attendons de voir l'efficacité réelle des casques bleus dans notre région, dans tous les coins chauds de l'Ituri », a déclaré Alphonse Likana.

Les ennemis des Nations Unies sont les ennemis du Congo aussi

Pour sa part, le Gouverneur de la province de l'Ituri est monté au créneau pour fustiger les « spoilers », qui propagent de fausses rumeurs sur la présence de la MONUSCO et qui ne servent pas la cause de la paix. Il condamne les rumeurs qui insinuent que les hélicoptères de la MONUSCO serviraient au ravitaillement des groupes armés.

« Soyez tranquilles, vous savez que lorsque les hélicoptères sont chargés, lorsque les hélicoptères décollent, il y a tous les services de renseignements congolais qui sont à l'aéroport... Les Nations Unies sont des forces de préparation et aujourd'hui, avec l'insécurité, ils font des entrainements pour des évacuations ou pour des interventions pendant la nuit ou pendant la journée ; ils n'attendent pas que les problèmes se produisent, ils font des entrainements. Nous souhaitons qu'il n'arrive rien. Nous avons nos services de sécurité qui ne nous ont jamais rapporté ni montré un objet néfaste qui soit embarqué dans les hélicoptères de la MONUSCO », a-t-il affirmé devant la presse de Bunia.

Jean Bamanissa poursuit : « Vous savez que les ennemis des Nations Unies sont les ennemis du Congo aussi. Quand vous voyez ces messages qui disent que des hélicoptères de la MONUSCO ont déposé des gens à tel ou tel endroit, vous remarquerez que c'est bien chronométré par rapport aux actions qui sont en train de se passer là-bas. Ce sont des personnes qui savent qui est en train de faire des choses pour déstabiliser le pays et la Province et qui veulent aussi rompre la confiance avec la population, le Gouvernement et les Nations Unies auxquelles nous appartenons ».

La Province de l'Ituri compte plusieurs groupes armés locaux et étrangers, dont les ADF (Allied Defense Forces). La MONUSCO y a établi des bases militaires, notamment à Fataki, Roe, Djugu, Bogoro, Amee. De jour comme de nuit, les casques bleus organisent des patrouilles pédestres et motorisées, pour protéger les populations civiles. Ils n'hésitent pas à intervenir directement pour déloger des miliciens de telle localité. Ils évacuent également les militaires des FARDC blessés au combat et même des civils blessés dont la vie est en danger...

A Bunia, Bintou Keita s'est également entretenue avec la Société civile, les Communautés locales, mais aussi le personnel des Nations Unies.

A La Une: Maintien de la Paix et Resolution des Conflits

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.