Ouganda: Le Département d'Etat américain désigne l'ADF comme Daech-RDC

Les performances des FARDCs sur les rebelles ougandais des ADF.

En République démocratique du Congo, l'organisation terroriste Daech a pris le visage de l'ADF qui, depuis des années, s'adonne à la déstabilisation dans l'est du pays avec à la clé, plusieurs massacres commis sur les citoyens congolais ainsi que des forces régionales impliquées dans la restauration de la paix dans cette partie de la RDC. C'est ainsi que le Département d'Etat américain vient d'établir une liste de groupes terroristes basés sur le continent africain, s'inspirant de l'article 219 de la loi américaine sur l'immigration, appelée "Immigration and Nationality Act". Selon leurs terrains opérationnels respectifs, ils ont été désignés organisations terroristes étrangères (OTF), affiliée à Daech et opérant de façon indépendante.

Ces groupes terroristes sont repartis géographiquement en Afrique centrale et australe. C'est le cas de l'ADF qui opère à partir de la République démocratique du Congo et dont la tête dirigeante se nomme Seka Musa Baluku. L'Afrique australe est sous la coupe de Hassan Abu Yasir qui, lui, opère à partir du Mozambique. Ces deux organisations sont désormais identifiées comme des SDGT, c'est-à-dire, des terroristes mondiaux expressément désignés.

L'annonce du Département d'Etat américain touche particulièrement la République démocratique du Congo en ce qu'il y a lieu de noter un ambitieux projet terroriste consistant à créer en Afrique centrale une province dite de l'Etat islamique centrale (ISCAP).

Dans un communiqué, Mike Hammer, l'ambassadeur américain en RDC, affirme qu'avec cette nouvelle désignation de l'ADF, l'administration Biden appuie les efforts du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à faire face aux groupes terroristes, désormais identifiés comme Daech-RDC.

DEPARTEMENT D'ETAT DES ETATS-UNIS

Bureau du porte-parole

Le 10 mars 2021

Communiqué de presse

Désignations par le département d'Etat de terroristes affiliés à Daech et de leurs dirigeants en République Démocratique du Congo et au Mozambique

Le département d'Etat désigne Daech Iraq et Syrie - république démocratique du Congo (Daech-RDC) et Daech Iraq et Syrie - Mozambique (Daech-Mozambique) en tant qu'organisations terroristes étrangères (FTO) en vertu de l'article 219 de la loi Immigration and Nationality Act, telle que modifiée. Le département [d'État] désigne également Daech-RDC et Daech- Mozambique au titre des terroristes mondiaux expressément désignés (SDGT) en vertu du décret présidentiel 13224, ainsi que les dirigeants respectifs de ces organisations, Seka Musa Baluku et Abu Yasir Hassan.

Du fait de ces désignations, entre autres conséquences, tous les biens et intérêts sur les biens des personnes désignées soumis à la juridiction des États-Unis sont bloqués, et il est généralement interdit aux ressortissants américains de participer à des opérations avec celles-ci. Les institutions financières étrangères qui effectuent ou facilitent sciemment toute transaction significative pour le compte de ces groupes ou personnes s'exposent à des sanctions sur les comptes correspondants ou comptes de passage américains. Par ailleurs, il est criminel de fournir sciemment un soutien matériel ou des ressources à Daech-RDC ou Daech-Mozambique, ou d'essayer de le faire ou de conspirer à cet effet.

Daech a annoncé le lancement de la province de l'État islamique en Afrique centrale (ISCAP) en avril 2019 pour promouvoir la présence d'éléments associés à Daech en Afrique centrale, orientale et australe. Bien que les médias associés à Daech présentent ISCAP comme une structure unifiée, Daech-RDC et Daech-Mozambique sont des groupes distincts dont les origines sont distinctes. Daech-RDC, que l'on appelle également les Forces démocratiques alliées (ADF) et Madina a Tauheed Wau Mujahedeen, entre autres noms, est responsable de nombreuses attaques dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri dans l'est de la RDC. Sous la direction de Seka Musa Baluku, Daech-RDC est connu dans cette région pour ses violences brutales à l'encontre de citoyens congolais et des forces militaires régionales, et ses attentats ont fait plus de 849 victimes civiles en 2020, selon un rapport des Nations unies sur l'ADF. L'ADF avait préalablement été sanctionnée par le département du Trésor des États-Unis et les Nations unies, dans le cadre du régime de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies en RDC, en 2014, pour ses violences et ses atrocités. Le département du Trésor des États-Unis a également sanctionné en 2019 six membres de l'ADF, dont son dirigeant Seka Musa Baluku, dans le cadre du programme de sanctions Global Magnitski pour leur rôle dans de graves violations des droits de l'homme, et Baluku a fait l'objet de sanctions ultérieures des Nations unies, début 2020, dans le cadre du programme de sanctions en RDC.

Daech-Mozambique, également connu sous le nom d'Ansar al-Sunna (et localement sous celui d'al-Shabaab au Mozambique), entre autres noms, aurait prêté allégeance à Daech dès avril 2018 et a été reconnu par le noyau de Daech en tant qu'affilié en août 2019. Depuis octobre 2017, Daech-Mozambique, sous la direction d'Abu Yasir Hassan, aurait tué près de 1 200 civils, et on estime que plus de 2 300 civils, membres des forces de sécurité et militants présumés de Daech-Mozambique ont été tués depuis que le groupe terroriste a lancé son insurrection extrémiste violente. Le groupe a orchestré une série d'attaques à grande échelle et sophistiquées qui ont abouti à la capture du port stratégique de Mocimboa da Praia, dans la province de Cabo Delgado.

Les attaques de Daech au Mozambique ont également contribué au déplacement de plus de 670 000 personnes dans le nord du Mozambique.

Les désignations d'aujourd'hui informent le public américain et la communauté internationale que ces groupes ont commis ou risquent fortement de commettre des actes de terrorisme, et ils en identifient les dirigeants. Les désignations en tant que terroristes exposent et isolent les personnes physiques et morales, et leur interdisent l'accès au système financier américain. Elles peuvent également faciliter les activités de maintien de l'ordre des agences américaines et d'autres gouvernements.

Une liste des FTO et SDGT désignés par le département d'État peut être consultée ici : http://www.state.gov/j/ct/list/index.htm.

Mot de l'ambassadeur des Etats-Unis en RDC, Mike Hammer.

L'administration Biden appuie les efforts du président Tshisekedi et du gouvernement congolais visant à faire face aux groupes armés et aux groupes terroristes, tels que les ADF, qui sont maintenant désignés sous le nom de Daech-RDC, et à mettre un terme aux violences brutales qui ont causé tant de souffrances aux populations vivant dans l'est de la RDC. Comme le président Tshisekedi l'a déclaré, nous devons supprimer le financement de ces groupes et, avec cette désignation, les États-Unis montrent qu'ils sont prêts à faire leur part. Une coopération forte est nécessaire au sein des autorités nationales et provinciales ainsi qu'avec les pays frontaliers et la communauté internationale, pour mettre fin aux activités économiques illégales et à l'exploitation des ressources naturelles qui attise les conflits. En outre, les États-Unis continueront d'appuyer les efforts de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO) visant à protéger les civils, à renforcer les institutions nationales et à promouvoir la paix.

*L'ambassadeur Michael (Mike) A. Hammer a été confirmé dans ses fonctions d'ambassadeur des Etats-Unis auprès de la République démocratique du Congo le 6 septembre 2018.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X