Afrique: Soixante-cinq journalistes tués en 2020, selon le 30e rapport annuel de la FIJ

communiqué de presse

Ce bilan représente 17 morts de plus qu'en 2019 (49), et porte le total à 2680 journalistes, travailleurs et travailleuses des médias victimes de la violence dans le monde depuis 1990, date à laquelle la FIJ a commencé à publier ses rapports annuels pour mettre en lumière une crise de la sécurité qui continue de s'aggraver dans les médias.

Les chiffres publiés cette année montrent que le nombre de meurtres de professionnels des médias se situe plus ou moins au même niveau que dans les années 1990.

Parmi les principales raisons de la crise sécuritaire dans le journalisme, le rapport cite le crime organisé, les groupes extrémistes et la violence sectaire qui continuent de semer la terreur parmi les journalistes, dont des dizaines ont payé le prix ultime pour leurs reportages indépendants aux quatre coins du monde.

"À cet égard, 2020 n'a pas fait exception. Le règne impitoyable des barons du crime au Mexique, la violence des extrémistes au Pakistan, en Afghanistan et en Somalie, ainsi que l'intolérance des partisans de la ligne dure en Inde et aux Philippines ont contribué à la poursuite de l'effusion de sang dans les médias", a déclaré le secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger. "Les pensées de la FIJ et des 600.000 membres de ses syndicats affiliés accompagnent toutes ces victimes, leurs familles, leurs amis et tous ceux et celles qui sont emprisonnés, soumis à la violence, harcelés physiquement et en ligne."

Le classement par pays du rapport 2020 place le Mexique en tête de liste pour la quatrième fois en cinq ans avec 14 meurtres, suivi de l'Afghanistan (10), du Pakistan (9), de l'Inde (8), des Philippines (4), de la Syrie (4), tandis que le Nigéria et le Yémen ont enregistré trois meurtres. Le rapport dénombre également deux meurtres en Irak et en Somalie. Enfin, le Bangladesh, le Cameroun, le Honduras, le Paraguay, la Russie et la Suède enregistrent un meurtre chacun.

Le rapport souligne également l'engagement de la Fédération à poursuivre sa campagne contre l'impunité en faisant pression sur les gouvernements pour qu'ils assument leurs responsabilités en enquêtant sur les meurtres de journalistes. La FIJ préconise notamment l'adoption par l'Assemblée générale des Nations unies d'une Convention internationale pour la protection et la sécurité des journalistes.

Pour la première fois, le rapport dresse la liste des journalistes actuellement derrière les barreaux pour leurs reportages, recensant pas moins de 229 journalistes emprisonné.e.s au mois de mars 2021.

"Aucune démocratie digne de ce nom ne peut emprisonner des messagers de la liberté d'expression. Chaque jour, la FIJ travaille activement sur le terrain pour la libération immédiate et inconditionnelle des collègues injustement emprisonné.e.s", a ajouté Anthony Bellanger.

Le rapport sera officiellement lancé lors d'une conférence de presse en ligne qui sera organisée conjointement ce lundi 15 mars par la Fédération internationale des journalistes et Fight Impunity, une association basée à Bruxelles qui mène également un combat contre l'impunité. Pour s'inscrire, c'est ici .

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.