Afrique: La FAO se donne pour objectif d'apporter une assistance visant à renforcer les moyens d'existence de 49 millions de personnes en 2021

communiqué de presse

Rome — Il faut 1,1 milliard de dollars américains pour lutter contre l'aggravation de l'insécurité alimentaire

Alors que la pandémie de covid-19, les conflits et les crises liées au climat font augmenter les taux de faim aiguë, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) recherche 1,1 milliard d'USD en 2021 pour sauver les vies et les moyens d'existence de populations qui sont parmi les plus touchées par l'insécurité alimentaire.

En 2021, la FAO a pour objectif d'aider plus de 48,9 millions de personnes dont la survie et les moyens d'existence sont tributaires de l'agriculture, au moyen d'interventions qui visent à stimuler la production alimentaire locale et à améliorer la nutrition, tout en renforçant la résilience des communautés face aux crises et leurs capacités à s'y préparer et à les gérer, et en apportant une aide destinée à renforcer les moyens d'existence après les catastrophes qui consiste à aider les populations à redémarrer leurs activités de production.

Selon les données les plus récentes de la FAO, issues de nombreux pays ayant enregistré de nouvelles données sur l'insécurité alimentaire, le nombre total de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë en 2020, au niveau de crise ou pire, devrait dépasser le niveau le plus élevé atteint en 2019, qui était de 135 millions de personnes. Le Rapport mondial sur les crises alimentaires de cette année, qui sera lancé en avril par le Réseau mondial contre les crises alimentaires mettra en évidence la gravité de la situation.

«Les crises de l'année dernière auront des répercussions pendant toute l'année 2021 et au-delà. Nous devons donc de toute urgence intensifier les interventions afin d'éviter le pire», a déclaré M. Dominique Burgeon, le Directeur de la Division des urgences et de la résilience de la FAO.

On estime que 30 millions de personnes sont dans la phase 4 du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (soit le niveau d'urgence en matière de faim aiguë), ce qui est extrêmement préoccupant. Ces populations sont déjà touchées par une mortalité extrême et par la perte irréversible de moyens d'existence vitaux.

Dans plusieurs pays, des centaines de milliers de filles, de garçons, de femmes et d'hommes courent un risque extrême de basculer dans l'insécurité alimentaire aiguë. Nombre de ces personnes vivent dans des zones de conflit, où l'accès humanitaire est limité ou compliqué.

«Des millions de personnes sont au bord du précipice: un simple stress ou choc pourrait détériorer rapidement leur situation. Que la famine ait été déclarée ou non, nous devons agir maintenant», a ajouté M. Burgeon.

La vie et les moyens d'existence de nombreuses personnes dépendent de l'agriculture

L'agriculture est cruciale, car près de quatre personnes sur cinq qui vivent dans les zones rurales dépendent d'une forme d'agriculture pour subvenir à leurs besoins vitaux. Les manifestations les plus graves de faim aiguë restent un phénomène largement rural et il faut donc commencer par les zones rurales et mener des actions collectives à grande échelle visant à sauver les moyens d'existence et les vies pour éviter les famines.

La FAO a déjà apporté une aide cruciale pour protéger les moyens d'existence de plus de 24 millions de personnes des conséquences socioéconomiques de la covid-19. Des opérations de lutte contre le criquet pèlerin ont également été organisées dans la Corne de l'Afrique et au Yémen, où la FAO a protégé plus de 3,1 millions de tonnes de céréales d'une valeur de 939 millions d'USD, une quantité qui permet de nourrir plus de 20,8 millions de personnes pendant un an et de protéger plus de 1,5 million de ménages pastoraux.

L'aide de la FAO permet aux personnes touchées de disposer des moyens et des capacités nécessaires pour produire les aliments dont ils ont besoin et ne pas basculer dans la faim aiguë.

La FAO cible les personnes touchées par l'insécurité alimentaire aiguë

En 2021, les interventions d'urgence de la FAO consisteront à aider les communautés en situation d'insécurité alimentaire élevée dans plus de 30 pays, notamment l'Éthiopie, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen.

Le Yémen connaît la pire crise humanitaire au niveau mondial en raison des conflits et de l'effondrement de son économie. Les agriculteurs doivent aussi faire face au criquet pèlerin et aux catastrophes naturelles. La FAO a pour objectif d'aider 6,3 millions de personnes en menant des interventions à fort impact, qui associent les aides en espèces et en moyens d'existence agricoles et le renforcement de la résilience des communautés.

En Syrie, 12 millions de personnes bénéficieront d'interventions visant à rétablir les moyens d'existence et les chaînes de valeur agricoles et la FAO souhaite aider 6,7 millions de personnes qui souffrent de faim aiguë en Éthiopie et 6 millions de personnes de plus au Soudan du Sud, afin d'améliorer leur sécurité alimentaire, leur résilience et leur production agricole.

Consciente que le suivi étroit et la souplesse sont des outils cruciaux pour éviter une détérioration rapide de la situation, la FAO continuera d'accroître ses interventions préventives liées aux alertes rapides en 2021, afin de protéger les moyens d'existence avant une catastrophe.

«Nous allons continuer d'investir en faveur des populations les plus vulnérables et de leurs moyens d'existence, afin que celles-ci puissent prendre en main leur futur redressement et sortir de la faim aiguë», a déclaré M. Burgeon.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.