Seychelles: Le pays explore une installation de récifs artificiels pour se protéger de l'érosion côtière

Les Seychelles, en partenariat avec la Banque mondiale, explorent pour la première fois le potentiel de la mise en œuvre d'une solution innovante pour renforcer la résilience côtière de la nation insulaire et réduire l'impact de l'érosion côtière.

Cette solution, appelée le concept de « barrières bleues », implique la construction d'une structure sous-marine grâce à l'utilisation de matériaux non toxiques, sur lesquels les coraux sont transplantés, créant ainsi un récif artificiel.

Le secrétaire principal à l'Environnement, Alain De Comarmond, a déclaré à la SNA que le concept de barrière bleue est une autre approche utilisée pour l'adaptation au changement climatique.

« Il existe différentes manières de faire face à l'érosion côtière. Vous pouvez l'arrêter quand il atteint les terres, où vous construisez des murs ou des armures de blocs de pierre. Une autre option consiste à briser la vague avant qu'elle n'atteigne les terres, réduisant ainsi l'énergie de la vague, qui est la fonction normale des récifs coralliens. Ce concept peut être mis en œuvre dans des endroits où il n'y a pas de récif corallien ou qui ont été affectés par le blanchissement des coraux », a déclaré M. De Comarmond.

Dans le cadre de son plan de gestion côtière actuel, le gouvernement des Seychelles a jusqu'à présent utilisé des approches d'ingénierie à la fois dure et douce pour protéger les côtes du pays gravement touché par l'érosion. Ces méthodes comprennent la construction de digues, d'armure rocheux, la réhabilitation des dunes de sable et des talus de plage et la plantation de végétations.

Au cours des 30 dernières années, environ la moitié des coraux mondiaux sont morts du fait du réchauffement et de l'acidification des océans, et les coraux des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, n'ont pas été épargnés. Les Seychelles ont perdu jusqu'à 90 pour cent de leurs récifs coralliens en 1998 à cause de El Niño le plus grand événement météorologique jamais enregistré dans l'océan Indien occidental.

Entre mars et mai 2019, un autre événement de blanchissement des coraux s'est produit aux Seychelles, où les températures de surface de la mer ont grimpé jusqu'à 31 degrés Celsius et ont causé des dommages étendus aux récifs de la région.

Dans un article de blog de la Banque mondiale, le secrétaire principal a souligné que « les récifs coralliens sont essentiels pour les Seychelles, non seulement en termes de biodiversité, mais aussi pour la résilience côtière et le développement de l'économie bleue ».

Il a ajouté que le concept de la barrière bleue ouvre la possibilité de réunir ces objectifs et de construire une coalition de gouvernement, de société civile et du secteur privé.

Trois sites aux Seychelles - Beau Vallon, Côte d'Or et Anse Kerlan - ont été présélectionnés pour la mise en œuvre du concept. Jusqu'à présent, les scientifiques locaux ont mené des études de base sur les différents sites, où ils se sont penchés sur la composition biologique de la zone.

Un Cocon d'armures rocheuses pour arrêter la migration de sable sur une plage de Anse Kerlan.(Romano Laurence) Photo License: CC-BY

« Il y a différents aspects à prendre en compte, l'environnement, l'activité des vagues, le nombre d'utilisateurs et les conflits potentiels qui pourraient survenir. Celles-ci seront effectuées par des experts externes. Nous devons également examiner quelle approche adopter », a déclaré M. De Comarmond.

Suite à l'analyse de ces données, un site sera choisi pour la mise en œuvre. Cela devrait être fait le mois prochain.

M. De Comarmond a ajouté que son département recherche des synergies avec des organisations à but non lucratif travaillant déjà à la restauration des coraux.

Le chef de l'équipe spéciale de la Banque mondiale, Brenden Jongman, a déclaré que « le renforcement de la résilience côtière va de pair avec la restauration des écosystèmes côtiers protecteurs.

« Aux Seychelles, la banque et le gouvernement travaillent ensemble pour renforcer l'aide financière en cas de catastrophe grâce à des instruments tels que l'option Catastrophe Deferred Drawdown, qui libère rapidement des fonds d'urgence une fois qu'une déclaration d'urgence est annoncée, avec une assistance technique pour renforcer la résilience côtière et renforcer la gestion des urgences », a-t-il déclaré.

Même si le concept de barrière bleue en est encore à ses débuts, les projets de restauration des coraux utilisant des structures artificielles se multiplient et des techniques prometteuses continuent d'émerger. Des pays comme les Maldives, la France et la Grenade utilisent déjà différentes méthodes pour reconstruire leurs récifs coralliens.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.