Egypte: Abus conjointement dénoncés par 31 États au Conseil des droits de l'homme de l'ONU

communiqué de presse

Genève — Une action tardive mais qui représente un pas en avant

Des organisations non gouvernementales du monde entier ont aujourd'hui exprimé leur soutien fort à la déclaration conjointe par des États membres de l'ONU sur la situation des droits humains en Égypte, présentée lors de la 46ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. Dans la déclaration, les gouvernements ont exprimé une « profonde préoccupation » face aux violations des droits humains généralisées perpétrées par les autorités égyptiennes en toute impunité.

La déclaration conjointe, co-signées par 31 États et présentée par la Finlande lors de la 46ème session du Conseil a mis en évidence les « restrictions à la liberté d'expression et au droit de réunion pacifique, l'espace restreint pour la société civile et l'opposition politique ». La déclaration a également condamné l'usage excessif des lois antiterroristes pour punir les critiques pacifiques.

« La déclaration du 12 mars met fin à des années d'inaction affligeante de la part du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies malgré la forte détérioration de la situation des droits humains en Égypte » a déclaré Bahey Hassan, Directeur de l'Institut du Caire pour l'étude des droits humains (CIHRS). « Les États devraient continuer à signaler clairement au gouvernement égyptien qu'il n'aura plus carte blanche pour emprisonner, torturer et violer le droit à la vie ou tuer illégalement. »

Début 2021, plus de 100 organisations non gouvernementales du monde entier ont écrit aux États membres de l'ONU pour alerter sur la tentative du gouvernement égyptien « d'annihiler » les organisations de défense des droits et d'éradiquer le mouvement des droits humains dans le pays à travers des attaques soutenues, systématiques et généralisées.

Les organisations avaient demandé aux États membres de l'ONU d'adopter une résolution consacrant l'établissement d'un mécanisme de surveillance et d'établissement de rapports sur l'Égypte. La déclaration présentée le 12 mars constitue un pas important et devrait être suivie par d'autres actions visant à atteindre ce but, ont déclaré les organisations. La déclaration a été faite au titre du point 4 de l'ordre du jour du Conseil qui permet de soulever les violations graves et systématiques des droits humains, y compris les situations pays.

La précédente déclaration conjointe sur l'Égypte au Conseil des droits de l'homme avait été présentée par l'Islande et co-signée par 26 pays en mars 2014.

Depuis cette date, la situation des droits humains en Égypte s'est détériorée de façon dramatique. Les autorités égyptiennes ont pratiquement anéanti l'ensemble de l'espace d'expression libre, de réunion pacifique et d'association. Avec la complicité des procureurs et des juges, les forces de sécurité sous la gouverne du Président Abdel Fattah al-Sissi ont arrêté, détenu ou poursuivi des milliers de personnes, dont des centaines de défenseurs des droits humains, des militants des droits des minorités religieuses, des manifestants pacifiques, des journalistes, des universitaires, des artistes, des politiciens et des avocats.

De nombreuses personnes ont été victimes de disparitions forcées, de torture ou d'autres mauvais traitements, et ont été détenues pendant des mois ou des années dans des conditions inhumaines, sans procès. Les personnes détenues le sont régulièrement sur la base d'accusations non fondées liées au terrorisme. Si elles sont renvoyées devant un tribunal, les personnes sont souvent condamnées dans le cadre de procédures manifestement inéquitables devant des tribunaux militaires et lors de procès collectifs. De nombreuses personnes ont été condamnées à mort et exécutées à l'issue de procès inéquitables reposant sur des déclarations vraisemblablement obtenues sous la torture. Les autorités ont également utilisé les lois sur la moralité et la débauche pour arrêter et détenir des femmes influenceuses, des survivantes et des témoins de violences sexuelles, ainsi que des personnes et des militants LGBTI.

Le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies a conclu que le recours à la détention arbitraire est un problème systématique en Égypte. Le Comité contre la torture des Nations unies a déclaré en 2017, à la suite d'une enquête sur l'Égypte, que les faits recueillis par le comité « conduisent à la conclusion inéluctable que la torture est une pratique systématique en Égypte ».

« La déclaration d'aujourd'hui envoie un message clair aux autorités égyptiennes : le monde ne fermera plus les yeux sur leur campagne acharnée visant à écraser la dissidence pacifique. Les autorités doivent prendre d'urgence des mesures pour se conformer à leurs obligations en vertu du droit international, en commençant par libérer les milliers d'hommes et de femmes détenus arbitrairement, protéger les personnes en détention contre la torture et les autres mauvais traitements, et mettre fin à la répression du militantisme pacifique, » a déclaré Kevin Whelan, représentant d'Amnesty International auprès des Nations Unies à Genève.

Dans la déclaration conjointe du 12 mars, les gouvernements ont également appelé à la « redevabilité et à mettre immédiatement fin à l'impunité » concernant les violations. Les gouvernements ont également appelé l'Égypte à cesser « les abus de procédure », l'usage excessif de la « détention préventive prolongée » ainsi que « la pratique d'inculper à nouveau les détenus pour des accusations similaires après l'expiration du délai légal de la détention préventive prolongée ».

Les 31 pays qui ont soutenu la déclaration présentée par la Finlande sont les suivants : l'Allemagne, l'Australie, l'Autriche, la Belgique, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, le Canada, le Costa Rica, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, les États-Unis, la Finlande, la France, l'Islande, l'Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine du Nord, la Moldavie, le Monténégro, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Suède et la Suisse. D'autres gouvernements pourront aussi se joindre à cette déclaration jusqu'à deux semaines après la fin de la session en cours du Conseil des droits de l'homme.

« Les Etats signataires de cette déclaration, comme la France, doivent en prendre toute la mesure et réellement prioriser le respect des droits humains dans leurs relations diplomatiques et commerciales avec l'Égypte. Nous demandons au gouvernement d'Emmanuel Macron de revoir son partenariat dit stratégique avec l'Égypte et de mettre un terme aux ventes d'armes françaises vers tous les pays qui violent les droits fondamentaux. » a conclu Antoine Madelin, Directeur du plaidoyer à la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH).

Organisations signataires:

Amnesty International

Arab Network for Knowledge and Human Rights (ANKH)

Cairo Institute for Human Rights Studies (CIHRS)

Coalition tunisienne pour l'abolition de la peine de mort

Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie

Commission internationale de juristes

Committee for Justice, Democracy for the Arab World Now (DAWN)

DIGNITY - Danish Institute Against Torture

Egyptian Front for Human Rights

Fédération internationale pour les droits humains (FIDH)

Freedom Initiative

Human Rights Watch

Humanrights.ch EuroMed Rights

Project on Middle East Democracy (POMED)

International Service for Human Rights (ISHR)

MENA Rights Group

Minority Rights Group International

Réseau des Organisations de la Société Civile pour l'Observation et le Suivi des Elections en Guinée

People in Need

Robert F. Kennedy Human Rights

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.