Sierra Leone: Deux amis parcourent 500 km à pied dans le cadre d'une campagne contre le viol

Avant cette année, la plus longue distance parcourue par Hindola Pokawa était de 10 km entre la maison de ses parents à Congo Water, à l'est de Freetown, et l'école secondaire St Helena, dans la banlieue de Freetown, la capitale de la Sierra Leone. C'était il y a vingt ans, alors qu'il était élève de l'école secondaire.

Mais le 6 janvier de cette année, ce Sierra-Léonais de 43 ans et son ami américain, Dustyn Montgomery, 23 ans, ont décidé de parcourir 315 miles à pied depuis Kailahun Court Barray, dans l'est de la Sierra Leone, jusqu'à l'emblématique Cotton Tree, vieux de 500 ans, au centre de Freetown, dans l'ouest du pays. Il leur faudra 21 jours.

"Nous voulions contribuer à la lutte contre le viol et la violence sexiste", a déclaré M. Pokawa dans une interview. "Nous avons donc décidé de parcourir cette distance à pied pour sensibiliser l'opinion publique".

Le duo avait été ému par la tragédie largement médiatisée d'une fillette de cinq ans qui aurait été violée et assassinée par son cousin en juin 2020.

La mort de la petite fille a suscité l'indignation locale et internationale, incitant les militants des droits de l'homme à demander que les auteurs de violences sexistes soient sévèrement punis.

À l'époque, le président Julius Maada Bio avait déclaré : " la dépravation de la violence sexuelle ( en Sierra Leone) est obscène, criminelle et totalement répréhensible ".

"J'ai ressenti un lien direct ( avec la jeune fille ) parce que beaucoup de jeunes que je connais, âgés de deux à six ans, auraient pu être elle", a déclaré M. Pokawa.

"J'ai décidé de parcourir cette distance à pied. Mais je me suis dit que je ne devais pas le faire seul, alors j'ai demandé à Dustyn de se joindre à moi. Il était partant."

M. Montgomery et M. Pokawa se sont liés d'amitié à la fin des années 2000, lorsque M. Montgomery était étudiant au Higher Education Consortium for Urban Affairs (HECUA), basé dans le Minnesota, et que le Sierra-Léonais était membre de la faculté.

"Le viol est une catastrophe nationale, et chaque Sierra-Léonais doit jouer un rôle dans la lutte contre ce malaise et les autres formes de violence."

Babatunde Ahonsi

Coordonnateur Résident des Nations Unies en Sierra Leone.

Le voyage de M. Montgomery en Sierra Leone était son premier en dehors des États-Unis.

M. Pokawa raconte que les cinq premiers jours du voyage ont été difficiles et épuisants, physiquement et mentalement.

"Les contraintes liées au manque de sommeil, aux douleurs musculaires et à une alimentation inadéquate étaient sévères, mais la douleur que nous avons ressentie n'était rien comparée à la douleur et au traumatisme des victimes de viol", a-t-il déclaré. "Le traumatisme vit avec les survivants pour le reste de leur vie".

Annoncée par les médias locaux, leur marche a attiré l'attention des citoyens, du gouvernement et des organisations internationales basées en Sierra Leone.

Alors qu'ils traversaient des villages et des villes, les gens les ont encouragés à continuer.

"De village en village, de ville en ville, de ville en ville, nous avons rencontré des survivants de viols. Nous avons écouté leurs histoires. Et nous avons senti qu'il y avait plus de cas de viols et de violence liée au sexe qui étaient signalés", a déclaré M. Pokawa.

Le Coordonnateur Résident des Nations Unies en Sierra Leone, Babatunde Ahonsi, a applaudi leurs efforts.

"Cet effort de sensibilisation louable attire non seulement l'attention sur la déclaration du viol et de l'agression sexuelle comme urgence nationale par le président Bio en 2019, mais il parle aussi de l'objectif 5 (" égalité des sexes ") des ODD. Le viol est une catastrophe nationale, et chaque Sierra-Léonais doit jouer un rôle dans la lutte contre ce malaise et d'autres formes de violence", a déclaré M. Ahonsi dans un tweet.

Il a ensuite couronné M. Pokawa champion HeForShe lors d'une réunion facilitée par ONU Femmes. HeForShe est un mouvement mondial de solidarité mené par l'ONU pour promouvoir l'égalité des sexes.

Naasu Fofana, survivante d'un viol et militante contre la violence liée au sexe en Sierra Leone, a publié un message sur Facebook : "Marcher 315 miles de Kailahun à Freetown n'est pas un jeu d'enfant. Mais Hindolo ( Pokawa) et Dustyn ont relevé le défi... Merci pour votre altruisme."

Le viol déclaré urgence nationale

Le président Bio a déclaré le viol et les violences sexuelles comme une urgence nationale.

En 2019, la Sierra Leone a adopté la loi modifiée de 2012 sur les infractions sexuelles, qui prévoit jusqu'à 15 ans de prison pour les personnes qui utilisent leur pouvoir ou leur position pour abuser sexuellement d'autres personnes ou les harceler.

Né dans le village de Mondema, dans le district de Kenema, dans l'est de la Sierra Leone, M. Pokawa a poursuivi des études libérales à l'université du Minnesota, aux États-Unis, avant de retourner en Sierra Leone en 2011.

Il a lancé un organisme à but non lucratif appelé la Sierra Leone Foundation for New Democracy pour "rassembler les communautés afin de s'attaquer aux relations d'extraction et d'exploitation qui maintiennent les communautés dans la pauvreté."

Dans l'ensemble, M. Pokawa est heureux du résultat de leur marche. "Nous avons rehaussé le profil de la VBG dans le pays, nous avons accru la sensibilisation, nous avons mis les hommes au défi de rejoindre les femmes dans ce combat. Nous en sommes heureux."

Elles ont l'intention de poursuivre leur plaidoyer contre les viols. "Le combat continue jusqu'à ce que nous ayons une société où les femmes et les filles peuvent vivre sans craindre les violences sexuelles. Nous ne relâcherons jamais nos efforts", a promis M. Pokawa.

M. Sankoh est responsable de la communication et du plaidoyer au sein du Bureau du Coordonnateur Résident des Nations Unies en Sierra Leone.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X