Afrique: Relances vertes - Les fonds de relance Covid-19 aident-ils l'environnement ?

Au cours de l'année écoulée, les gouvernements se sont engagés à verser des milliers de milliards de dollars dans le cadre de l'aide COVID-19, créant ce que certains observateurs ont appelé une chance unique en son genre de faire des investissements respectueux de la planète - et de sauver la Terre d'une catastrophe environnementale imminente. Mais cela ne signifie pas que le chemin vers une reprise verte sera facile.

Selon un rapport récemment publié par l'Observatoire mondial de la relance, seuls 2,5 % de l'ensemble des dépenses de relance de la COVID-19 auront des "caractéristiques vertes positives", comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la protection du capital naturel.

L'Observatoire suit les dépenses fiscales de sauvetage et de relance des cinquante plus grandes économies du monde, afin de déterminer le niveau de dépenses vertes intégrées aux plans de sauvetage et de relance. Cette étude s'inscrit dans le cadre plus large du projet de relance économique de l'Université d'Oxford, soutenu par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), le Fonds monétaire international et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

Les chercheurs ont étudié les fonds annoncés pour le "sauvetage" à court terme et la relance à long terme. Ils ont constaté que les dépenses vertes sont concentrées dans les pays et les populations les plus riches, menaçant de renforcer les dangereuses inégalités pré-pandémiques.

"Les plans de relance en cas de pandémie constituent une opportunité massive d'accélérer l'action sur les trois crises auxquelles l'humanité est confrontée : le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution", a déclaré Steven Stone, chef des ressources et des marchés au PNUE. "Nous devons la saisir ou nous risquons de laisser des cicatrices, d'infliger aux générations futures une dette massive et une planète brisée."

Les dépenses à ce jour

En 2020, 368 milliards de dollars US ont été annoncés en dépenses nationales pour des programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Bien qu'il s'agisse d'une somme importante, elle est dérisoire par rapport aux 14 600 milliards de dollars de dépenses totales annoncées par les cinquante plus grandes économies. Une grande partie de ce chiffre plus élevé est constituée de dépenses qui ne sont pas expressément vertes, ce qui risque de renforcer les modèles de production et de consommation habituels qui ravagent la planète, selon le nouveau rapport.

Malgré la gravité de la pollution atmosphérique, qui cause jusqu'à 9 millions de décès par an, seuls 16 % des dépenses totales de relance (hors Commission européenne) sont considérés comme susceptibles de réduire la pollution atmosphérique. Lorsqu'il s'agit de préserver le capital naturel - ou le stock mondial de ressources naturelles - et d'inverser la dégradation des écosystèmes, "seuls 3 % des dépenses de relance sont jugées positives".

Il existe toutefois des raisons d'espérer, selon le rapport. De nombreux pays vont à l'encontre des tendances et réalisent d'importants investissements verts. La Pologne, par exemple, a investi 2,1 milliards de dollars dans le cadre d'un effort de relance pour se positionner en tant que leader européen dans la production et l'adoption de véhicules électriques. L'Espagne a affecté plus de 7,2 milliards de dollars à un plan de relance - "España Puede" - destiné à stimuler une "transition énergétique juste et inclusive" par le biais d'investissements directs."

Le rétablissement nécessite une réflexion à long terme

La plupart des dépenses vertes sont concentrées dans les pays qui ont l'habitude d'encourager les investissements verts. Le rapport souligne le leadership de l'Allemagne, qui a investi 8,3 milliards de dollars dans l'hydrogène vert. La France, par le biais d'une allocation de 8,4 milliards de dollars à son vaste programme de relance "France Relance", s'est imposée comme un leader dans le domaine des bâtiments verts et de la rénovation énergétique.

Si certaines économies avancées et la Commission européenne sont à l'origine de la plupart des dépenses de relance verte, le rapport prévient que "pour la grande majorité des pays, les dépenses de relance ont été relativement faibles et peu vertes". Les ravages économiques du coronavirus ne font qu'exacerber les disparités existantes - et les dépenses de relance - entre les nations. Le rapport souligne que les économies avancées dépensent environ 17 fois plus par personne que ce qui est dépensé dans les marchés émergents et les économies en développement.

Le déséquilibre entre les nations reflète les inégalités qui existent au sein des nations - inégalités qui n'ont fait que s'aggraver au cours de la pandémie. Selon le rapport, les disparités en matière de santé et d'accès aux soins "ont fait que la charge de la maladie a lourdement pesé sur les groupes à faible revenu et les autres groupes marginalisés". À l'échelle mondiale, ces groupes ont également subi l'essentiel des pertes d'emploi et des réductions de salaire.

Le rapport exhorte les décideurs à ne pas oublier que se concentrer sur la reprise économique à court terme pourrait exacerber les crises sociales et environnementales à long terme". Alors que des risques comme le changement climatique, la pollution et la perte de biodiversité menacent, comme COVID-19, d'aggraver la pauvreté et les inégalités, le PNUE et ses partenaires appellent à une ambition accrue - orientée et dépensée - pour tracer une voie durable.

"La reconstruction et le redressement seront un long processus, et ils impliqueront le plus grand investissement de ressources publiques que notre monde ait jamais connu", a déclaré Steven Stone. "Heureusement, les dés ne sont pas encore jetés. Il est encore temps pour les pays de s'assurer que la relance et les dépenses de stimulation contribuent à un meilleur avenir pour les gens et la planète."

Le PNUE lui-même se réoutille pour la relance COVID-19. La stratégie à moyen terme de l'organisation, lancée récemment pour la période 2022-2025, définit une vision pour lutter contre le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution, et présente les actions nécessaires pour faire évoluer les modes de consommation et de production vers la durabilité. Elle soutiendra les efforts du PNUE pour faire progresser la dimension environnementale du programme de développement durable de 2030.

Pour en savoir plus sur la manière dont le monde peut éviter les pires effets du changement climatique, lisez le rapport sur le déficit d'émissions de 2020 et le rapport sur le déficit d'adaptation de 2020.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X