Afrique: Sommes-nous sur la voie d'une relance verte ? Pas encore.

analyse

Un an après le début de la pandémie, les dépenses de relance ne sont pas à la hauteur des engagements pris par les pays pour reconstruire de manière plus durable. Une analyse des dépenses des principales économies, menée par le projet de relance économique d'Oxford et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), révèle que seulement 18 % des dépenses de relance annoncées peuvent être considérées comme "vertes".

Le rapport, intitulé Are We Building Back Better? Evidence from 2020 and Pathways for Inclusive Green Recovery Spending, appelle les gouvernements à investir de manière plus durable et à s'attaquer aux inégalités lorsqu'ils stimulent la croissance à la suite des ravages causés par la pandémie.

Le rapport, qui constitue l'analyse la plus complète à ce jour des efforts de sauvetage et de relance budgétaire liés à la COVID-19 déployés par 50 grandes économies, révèle que seuls 368 milliards de dollars des 14,6 milliards de dollars de dépenses induites par la COVID (sauvetage et relance) en 2020 étaient verts.

La Directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen, a déclaré : "L'humanité est confrontée à une pandémie, une crise économique et un effondrement écologique - nous ne pouvons nous permettre de perdre sur aucun front. Les gouvernements ont une chance unique de mettre leurs pays sur des trajectoires durables qui privilégient à la fois les opportunités économiques, la réduction de la pauvreté et la santé planétaire - l'Observatoire leur donne les outils pour naviguer vers des reprises plus durables et inclusives."

Brian O'Callaghan, chercheur principal du projet de relance économique de l'Université d'Oxford et auteur du rapport : "Malgré les mesures positives prises par quelques grandes nations en faveur d'une reprise durable COVID-19, le monde n'a jusqu'à présent pas répondu aux aspirations à reconstruire en mieux. Mais les occasions de dépenser judicieusement pour la relance ne sont pas encore passées. Les gouvernements peuvent profiter de ce moment pour garantir une prospérité économique, sociale et environnementale à long terme."

"Notre capacité à mieux informer et suivre les investissements réalisés par les pays pour faire face aux effets socio-économiques de la pandémie de COVID-19 est essentielle pour maintenir la reprise verte et inclusive sur les rails", déclare Achim Steiner, administrateur du PNUD. "À cet égard, l'Observatoire mondial du relèvement et la plateforme Data Futures du PNUD offrent aux décideurs un nouvel ensemble riche de points de données et d'informations - élargir l'accès à ces ressources contribuera à accroître la transparence, la responsabilité et l'efficacité des investissements réalisés actuellement et leur impact sur notre avenir durable."

Cameron Hepburn, professeur d'économie de l'environnement à Oxford : "Ce rapport est un signal d'alarme. Les données de l'Observatoire mondial de la relance montrent que nous ne reconstruisons pas en mieux, du moins pas encore. Nous savons qu'une relance verte serait une victoire pour l'économie comme pour le climat - nous devons maintenant nous y mettre."

Le rapport souligne que la relance verte peut apporter une croissance économique plus forte, tout en contribuant à atteindre les objectifs environnementaux mondiaux et à lutter contre les inégalités structurelles. Pour éviter que des décennies de progrès dans la lutte contre la pauvreté ne s'effacent, les pays à faible revenu auront besoin de financements concessionnels importants de la part de leurs partenaires internationaux.

Il soulève cinq questions clés pour la voie du redressement durable :

Quels sont les enjeux alors que les pays engagent des ressources sans précédent dans la relance ?

Quelles voies de dépenses pourraient renforcer la reprise économique et la durabilité environnementale ?

Quel est le rôle des dépenses de relance dans la lutte contre les inégalités exacerbées par la COVID-19 ?

Quels types d'investissements de relance les pays réalisent-ils actuellement pour lutter contre le changement climatique, la perte de nature et la pollution ?

Que faut-il faire de plus pour garantir une reprise durable et équitable ?

Dans l'ensemble, jusqu'à présent, les dépenses vertes mondiales "n'ont pas été à la hauteur de l'ampleur des crises environnementales en cours", selon le rapport, y compris le changement climatique, la perte de nature et la pollution, manquant d'avantages sociaux et économiques importants à long terme.

Principales conclusions de l'analyse en termes de dépenses de relance :

341 milliards de dollars, soit 18,0 % des dépenses, ont été consacrés à l'écologie, principalement par un petit groupe de pays à revenu élevé. Les dépenses mondiales de relance ont jusqu'à présent manqué l'opportunité d'un investissement vert.

66,1 milliards de dollars ont été investis dans les énergies à faible émission de carbone, en grande partie grâce à des subventions espagnoles et allemandes pour des projets d'énergie renouvelable et des investissements dans l'hydrogène et les infrastructures.

86,1 milliards de dollars ont été annoncés pour les transports verts par le biais de transferts et de subventions pour les véhicules électriques, d'investissements dans les transports publics et d'infrastructures pour le vélo et la marche.

35,2 milliards de dollars ont été annoncés pour la modernisation des bâtiments écologiques afin d'accroître leur efficacité énergétique, principalement par le biais de rénovations, notamment en France et au Royaume-Uni.

56,3 milliards de dollars ont été annoncés pour le capital naturel ou les solutions basées sur la nature (NbS) - initiatives de régénération des écosystèmes et reforestation. Deux cinquièmes ont été consacrés aux parcs publics et aux mesures de lutte contre la pollution, notamment aux États-Unis et en Chine, afin d'améliorer la qualité de vie et de répondre aux préoccupations environnementales.

28,9 milliards de dollars ont été annoncés pour la R&D verte. La R&D verte comprend les technologies liées aux énergies renouvelables, les technologies de décarbonisation de secteurs tels que l'aviation, les plastiques et l'agriculture, ainsi que la séquestration du carbone. Sans progrès en matière de R&D verte, le respect des objectifs de l'accord de Paris nécessiterait des changements profonds en matière de prix et de mode de vie.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X