Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse tenu à l'occasion de la réunion de la Journée internationale des femmes sur les femmes leaders dans le secteur de la santé et des soins

document

L'OMS et Women in Global Health

Votre Excellence l'Ambassadrice Delphine O de France,

Dre Roopa Dhatt, Directrice exécutive de Women in Global Health,

Anita Bhatia, Directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes,

Excellences, chers invités, chers collègues et amis,

C'est avec grand plaisir que je me joins à vous aujourd'hui pour célébrer la Journée internationale des femmes.

Le thème de cette année est « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 ».

Il s'agit d'un thème important qui vient à point nommé, compte tenu de l'impact mondial que la pandémie a eu sur tout le monde, mais surtout sur les femmes.

Au cours de cette pandémie, les progrès en matière d'égalité entre hommes et femmes ont régressé.

Nous avons constaté une augmentation épouvantable de la violence à l'égard des femmes et une réduction de l'accès aux services pour la santé sexuelle et reproductive.

En termes relatifs, les pertes d'emploi ont été plus élevées chez les femmes que chez les hommes.

Les femmes ont également supporté une charge supplémentaire et disproportionnée dans les domaines des soins aux enfants et aux personnes âgées, de la santé et de l'aide sociale.

Et les femmes représentent près de sept infections sur dix signalées parmi les agents de santé, ce qui reflète le fait qu'elles représentent environ 70 % des personnels de santé au niveau mondial.

Alors, pourquoi les femmes fournissent-elles la majorité des soins de santé et de l'aide sociale à l'échelle mondiale, mais n'ont-elles pas les mêmes chances de les diriger ?

Pourquoi les femmes occupent-elles si peu de postes de direction dans le domaine de la santé ou au sein des équipes nationales de riposte à la COVID-19 ?

C'est pourquoi, après mon élection en 2017, nous avons veillé à avoir la parité entre les hommes et les femmes au sein de notre équipe de haute direction ici au Siège, devenant ainsi la première institution des Nations Unies à le faire.

Et bien que nous ayons encore du chemin à parcourir, la proportion de femmes à des postes supérieurs au Siège et dans les bureaux régionaux est passée à 43 %, et nous nous engageons à atteindre la parité dès que possible.

En novembre l'année dernière, l'Assemblée mondiale de la Santé a déclaré l'année 2021 « Année internationale des personnels de santé et d'aide à la personne ».

Au cours de cette année, nous veillerons à redoubler d'efforts pour faire progresser l'équité, pierre angulaire de la mission de l'OMS visant à promouvoir la santé, à préserver la sécurité mondiale et à servir les populations vulnérables.

En janvier, j'ai appelé tous les pays à promouvoir l'équité vaccinale : à travailler ensemble de manière solidaire pour veiller à ce que, dans les 100 premiers jours de l'année, la vaccination des agents de santé, dont beaucoup sont des femmes, et des personnes âgées soit en cours dans tous les pays.

Nous devons également promouvoir l'équité entre les femmes et les hommes.

En février, l'OMS a lancé l'initiative sur la place des femmes dans le secteur de la santé et des soins avec le gouvernement français et Women in Global Health, qui a quatre objectifs principaux :

Permettre l'augmentation de la proportion de femmes en position de leadership dans le secteur de la santé ;

Promouvoir l'égalité salariale et la reconnaissance officielle du travail non rémunéré dans les systèmes de santé ;

Protéger les femmes travaillant dans le secteur de la santé et des soins contre le harcèlement sexuel et la violence au travail ;

Et garantir des conditions de travail sûres et décentes aux femmes de ce secteur, y compris l'accès aux équipements de protection individuelle et aux vaccins contre la COVID-19.

Nos partenaires dans le cadre de cette initiative, l'Ambassadrice Delphine O et la Dre Roopa Dhatt, sont toutes deux avec nous aujourd'hui, tout comme Anita Bhatia, Directrice exécutive adjointe à ONU Femmes.

Et aujourd'hui, je suis heureux de signer un nouveau protocole d'accord avec Women in Global Health.

Tandis que nous ripostons à la pandémie, puis que nous nous relèverons et reconstruirons, nous devons continuer à faire de l'égalité des genres une priorité.

Je vous demande à tous de soutenir l'initiative sur la place des femmes dans le secteur de la santé et des soins et de vous engager à agir, de toutes les manières qui vous seront possibles, pour atteindre ces objectifs.

Je suis également heureux qu'à l'occasion de la Journée internationale des femmes, l'OMS lance une nouvelle initiative mondiale pour lutter contre le cancer du sein, afin de réduire la mortalité due au cancer du sein de 2,5 % chaque année jusqu'en 2040, et de sauver ainsi 2,5 millions de vies.

Le cancer du sein a maintenant dépassé le cancer du poumon en tant que cancer le plus diagnostiqué au monde.

La survie cinq ans après le diagnostic dépasse maintenant 80 % dans la plupart des pays à revenu élevé, mais les taux de survie sont beaucoup plus faibles dans les pays à faible revenu. Nous pouvons faire beaucoup pour sauver la vie de ces femmes.

Enfin, je tiens à remercier toutes les femmes qui travaillent pour l'OMS, pour tout ce que vous faites qui rend cette organisation formidable.

Et je tiens à remercier toutes les femmes qui travaillent dans le secteur de la santé et des soins dans le monde entier. Notre monde est un endroit plus sain, plus sûr et plus juste grâce à vous - et notre engagement est d'en faire un endroit plus sain, plus sûr et plus juste pour vous.

Je vous remercie.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.