Cameroun: Hommage - Les œuvres de Bernard Njonga saluées

Une journée en l'honneur de ce combattant, décédé le 21 février dernier, a été organisée ce 16 mars à Yaoundé.

66 ans. C'est le temps qu'a passé Bernard Njonga sur la terre des vivants. Pour célébrer le don de la vie reçue du Créateur, une journée d'hommage lui a été dédiée par ses proches. Pendant plus d'une heure, le 16 mars dernier à Yaoundé, des hommes de sciences et des acteurs de développement, notamment ceux du secteur agropastoral, ont tour à tour prononcé de vibrants témoignages à l'endroit du disparu. Ingénieur agronome, chercheur, précurseur des organisations paysannes et du mouvement associatif au Cameroun, acteur de la société civile, homme politique, leader de poigne, sont autant de casquettes attribuées au promoteur du journal « La voix du paysan ». Tous ont reconnu en Bernard Njonga « un homme d'action et un véritable moteur de développement », qui laisse en héritage à la postérité, l'image d'un homme soucieux de l'auto-développement du paysan.

De l'avis de ses proches, Bernard Njonga était un homme ouvert, courageux, aimable, rassembleur, audacieux, charismatique. Un visionnaire convainquant et réaliste, ferme dans ses prises de position avec une capacité extraordinaire de transformer les obstacles en avantages. Son atout ultime étant sa détermination à défendre les couches défavorisées et de leur redonner du sourire, sinon l'espoir à tout prix.

Depuis sa sortie de l'Ecole nationale supérieure d'agronomie en 1984 comme ingénieur de conception, Bernard Njonga a contribué à la mobilisation des amis et sympathisants de la cause rurale ; une cause qu'il a su adresser de manière pertinente et attrayante, en utilisant les outils et canaux mis en place par lui-même. A son actif, on récence une vingtaine de publications, sans compter des histoires écrites et vidéos sur lui, disponibles en ligne. « Avec son décès le 21 février dernier, la vision de Bernard Njonga ne meurt pas. Elle continuera de germer dans la multitude de cœurs gagnés à la cause d'un Cameroun prospère », précise Francis Djonou, président de l'Interprofession avicole du Cameroun.

Le combattant agropastoral entame son dernier voyage ce jeudi 18 mars 2021, avec la levée de corps, suivi d'un recueillement à son domicile au quartier Fouda à Yaoundé. La dépouille mortelle sera ensuite transférée demain, 19 mars dans son village à Bangoua, région de l'Ouest, où l'inhumation est prévue samedi prochain.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X