Congo-Brazzaville: Présidentielle - Début du vote et timide mobilisation

Les militants de l'UDH-Yuki lors du meeting

Près de 2,5 millions d'électeurs congolais ont commencé timidement à placer leur bulletin dans l'urne ce dimanche 21 mars dans plus de 5 700 bureaux de vote pour élire le chef de l'État. Au total, sept adversaires sont en lice dont le président sortant Denis Sassou-Nguesso, qui cumule 36 ans à la tête du pays. La campagne électorale s'est déroulée sans incident majeur. Un élément notable toutefois : l'un des principaux adversaires du président, Guy-Brice Parfait Kolélas, est hospitalisé, contaminé par le Covid-19.

La ronde faite par notre correspondant Loïcia Martial, depuis ce matin, montre un peu partout que ce n'est pas l'affluence des grands jours.

Difficile de voir de longues files d'attente dans les bureaux de la capitale, du moins, là où nous sommes passés, entre 8 heures et 12h30. C'est un peu le même décor du côté de Pointe-Noire. « C'est un vote endormi, pas d'engouement », nous a expliqué un confrère de la presse locale, joint au téléphone.

A Gamboma, au centre, le fief de l'opposant Mathias Dzon, un responsable du bureau, également joint au téléphone, nous a laissé entendre que le vote est timide.

Pas d'incident majeur à signaler pour l'instant. Le vote se passe dans le calme. Partout, la circulation est fermée. Les frontières sont également fermées... Pas de connexion Internet non plus. C'est le calme qui prévaut mais c'est la timidité devant les bureaux de vote.

Kolélas évacué dans la journée vers la France

Le président sortant Denis Sassou-Nguesso a voté après 11h30. Il s'est exprimé sur l'état de santé de son principal adversaire Guy-Brice Parfait Kolélas, hospitalisé après avoir été testé positif au Covid-19 vendredi.

Selon son entourage, Guy-Brice Parfait Kolélas, 60 ans, était ce dimanche matin toujours sous assistance respiratoire mais conscient et dans un « état stable ».

L'avion médicalisé spécialement affrété pour son évacuation vers la France est arrivé à Brazzaville dans la nuit. L'opposant - qui possède la nationalité française - doit être soigné à Paris. Sa famille espérait qu'il pourrait décoller de Brazzaville en fin de matinée ; le départ est finalement prévu à 18h, le temps pour l'équipage de se reposer.

Initialement hospitalisé dans une clinique privée, où il a été diagnostiqué positif au Covid-19, l'opposant a été transféré depuis vers l'unité Covid du CHU de Brazzaville, où se trouvent les équipements qui doivent permettre de la préparer à son évacuation.

L'opposant était apparu de plus en plus affaibli au cours de cette campagne présidentielle. Son entourage a d'abord évoqué une grippe puis un paludisme. Mais l'inquiétude a monté lors de son meeting d'Owando qu'il a dû animer sur une chaise.

Son état s'est encore dégradé vendredi. Il a dû renoncé à son meeting de clôture pour être hospitalisé. Dans un message vidéo enregistré depuis son lit d'hôpital et diffusé samedi soir, il apparaît épuisé, assisté d'un respirateur et affirme « lutter contre la mort », tout en appelant les Congolais à se rendre aux urnes ce dimanche.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X