Afrique: Prolongation de l'Initiative de suspension du service de la dette jusqu'à la fin de 2021 - La CEA invitée à soutenir le plaidoyer des États membres

Le Comité d'experts de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et Développement économique demande à la Commission économique pour l'Afrique (Cea) de soutenir le plaidoyer des États membres en faveur de la prolongation de l'Initiative de suspension du service de la dette (Dssi) jusqu'à la fin de 2021. Les experts exhortent également la Cea à fournir un appui technique à ses États membres, à la Commission de l'Union africaine, etc en ce qui concerne la Zone de libre-échange continentale africaine.

La réunion du Comité d'experts de la Conférence des ministres africains a convenu d'un certain nombre de questions, parmi lesquelles, la nécessité pour la Commission économique pour l'Afrique (Cea) de soutenir le plaidoyer des États membres en faveur de la prolongation de l'Initiative de suspension du service de la dette (Dssi) jusqu'à la fin de 2021, au moins, libérant 8 milliards de dollars supplémentaires pour la relance en 2021 et fournissant les liquidités indispensables pour répondre à la crise.

Lors de leur réunion qui a pris fin vendredi dernier, les experts qui ont félicité la Cea pour son plaidoyer et son appui substantiel en faveur d'une nouvelle émission et d'une réaffectation de Droits de tirage spéciaux (Dts) aux pays à revenu faible et intermédiaire, appellent la Commission à mobiliser un soutien en faveur d'un mécanisme de réaffectation de Droits de tirage spéciaux proportionné aux besoins de financement du développement des pays africains.

Les experts étaient également préoccupés par les effets socio-économiques et sanitaires néfastes de la pandémie sur les économies africaines, ainsi que par leurs outils budgétaires et monétaires limités pour répondre à la crise, qui, selon eux, feraient probablement dérailler les efforts visant à mieux construire l'avenir et à réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Agenda 2063 de l'Afrique.

Ils ont, dans la foulée, salué les diverses initiatives entreprises par la Cea pour aider les États membres à tirer parti de l'adoption de la stratégie continentale conjointe de la Commission de l'Union africaine et des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies pour la pandémie de Covid-19 en mars 2020 en tant que modèle et plan directeur de coordination des efforts régionaux pour assurer la synergie et minimiser les doubles emplois, sauver des vies et soutenir le développement social et économique de l'Afrique.

Concernant la Zone de libre-échange continentale africaine, les experts exhortent la Cea à fournir un appui technique à ses États membres, à la Commission de l'Union africaine, au secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine et aux Communautés économiques régionales, en ce qui concerne le développement agricole, l'industrialisation, les projets d'infrastructures continentales hautement prioritaires, la numérisation, la mise en œuvre de stratégies nationales pour la Zlecaf et les négociations de la phase II et de la phase III.

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.