Afrique: La restauration des forêts - Un chemin vers la reprise et le bien-être, déclare le Directeur général de la FAO

communiqué de presse

Rome — La Journée internationale des forêts marquée par une cérémonie de haut niveau en distanciel

Ouvrant la cérémonie de haut niveau marquant la Journée internationale des forêts, le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), M. Qu Dongyu, a aujourd'hui évoqué la restauration des forêts comme un chemin vers la reprise mondiale et le bien-être.

«Quand les forêts sont en bonne santé, les personnes le sont aussi. Les forêts nous procurent un air pur, des aliments nutritifs, une eau de qualité et des espaces à consacrer aux loisirs mais aussi à la perpétuation de la civilisation», a déclaré le Directeur général.

L'alimentation de plus d'un milliard de personnes est tributaire de la forêt et 2,4 millions de personnes utilisent le bois-énergie ou le charbon de bois pour cuire leurs aliments au quotidien, a rappelé le Directeur général. «Les forêts sont aussi les pharmacies de la nature. Dans les pays en développement, jusqu'à 80 pour cent des médicaments sont d'origine végétale.»

Mais malgré l'importance des forêts, leur superficie ne cesse de régresser. La plus récente des Évaluations des ressources forestières mondiales que publie la FAO mentionne que le monde perd tous les ans plus de 10 millions d'hectares de forêts, soit une superficie équivalente à deux fois celle d'un pays comme le Costa Rica. «Nous pouvons changer cela. Nous avons les connaissances et les outils nécessaires», a déclaré le Directeur général.

«La restauration des forêts, et leur gestion sur un mode plus durable, est un choix rentable, bénéfique aux hommes comme à la planète. L'investissement dans la régénération des forêts, poursuit M. Qu, contribuera à la reprise économique au sortir de la pandémie de covid-19 par la création d'emplois verts, de moyens d'existence nouveaux, un verdissement des villes, et une sécurité alimentaire accrue.»

Selon le Directeur général de la FAO, «la régénération des forêts se présente comme solution pour reconstruire en mieux et nous donner l'avenir que nous souhaitons. Intégrons tous la Génération restauration et régénérons notre planète pour une amélioration de la production, une amélioration de la nutrition, une amélioration de l'environnement et de meilleures conditions de vie. Et pour rendre enfin le monde meilleur, avoir une meilleure civilisation à perpétuer.»

Participation de haut niveau

Outre le Directeur général de la FAO, la cérémonie de la Journée internationale des forêts qui s'est tenue ce matin en distanciel a vu Son Altesse Royale la Princesse Basma Bint Ali, du Royaume hachémite de Jordanie, rappeler que chaque arbre compte dans la restauration de la biodiversité des forêts.

Dans son intervention, le Ministre de l'Environnement et du développement durable de la République démocratique du Congo, M. Claude Nyamugabo Bazibuhe, s'est exprimé sur l'impératif de reverdir tous les continents. Pour sa part, la Ministre de l'Environnement et de l'énergie du Costa Rica, Mme Andrea Meza, a souligné dans un message vidéo l'importance d'une plus grande implication des populations, et de leur donner partout les moyens d'utiliser les forêts sur un mode durable, dans la perspective d'un changement véritable.

Mme Jutta Urpilainen, Commissaire chargée des partenariats internationaux au sein de la Commission européenne, a évoqué le Pacte vert européen, en rappelant l'importance de la collaboration internationale. Le professeur Abdoulaye Dia, secrétaire exécutif de l'Agence panafricaine de la Grande muraille verte, a présenté les derniers développements de l'initiative «Grande muraille verte», appelée à transformer l'existence de millions de personnes situées sur la ligne de front du changement climatique. S'exprimant par message vidéo, M. Malik Amin Aslam, conseiller sur le changement climatique et l'environnement au Pakistan, a présenté la vision de son pays pour les forêts du futur.

Les forêts et le travail de la FAO

Les forêts ne couvrent qu'un peu plus de 30 pour cent de la superficie des terres émergées, mais on estime qu'elles renferment 80 pour cent de la biodiversité terrestre de la planète, en abritant la majorité des espèces végétales et animales connues. Le travail de la FAO dans le domaine forestier est regroupé autour de quatre priorités: mettre un terme au déboisement et à la dégradation des forêts; la restauration des forêts, le reboisement et le boisement (l'acte qui consiste à établir une forêt, en particulier sur des terrains non précédemment boisés); la conservation et l'utilisation durable des forêts en vue d'améliorer les moyens d'existence adossés aux forêts

Publications nouvelles sur les terres arides et leur restauration

La nécessité pressante d'améliorer la gestion des terres arides de la planète afin d'assurer la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance sains est soulignée dans une nouvelle publication de la FAO présentée lors d'une séance technique ayant fait suite à la cérémonie de haut niveau tenue aujourd'hui.

Les zones arides, qui s'étendent sur 41 pour cent des terres émergées de la planète et sont habitées par 2,7 milliards de personnes, assurent 60 pour cent environ de la production alimentaire mondiale, et contiennent plus d'un quart de nos forêts et formations boisées, selon le rapport Aménagement en zone aride de forêts et de systèmes de production agro-sylvo-pastorale résilients face au climat. Sachant que quatre milliards de personnes sont appelées à habiter des zones arides d'ici 2050, cette publication trace dans ses grandes lignes la mutation requise pour pérenniser les systèmes de production alimentaire en régime de changement climatique et au sortir de la pandémie de covid-19, ce qui suppose de donner un plus grand écho à la voix des populations marginalisées des zones arides.

La FAO a aussi publié le rapport Mécanismes de financement local de la restauration des forêts et des paysages qui met en lumière les possibilités de financement de la restauration des terroirs forestiers en faveur des acteurs locaux, notamment les petits exploitants agricoles, les forestiers et les propriétaires fonciers.

Des célébrations dans l'ensemble du monde

Le 21 mars (depuis 2012) est la date attribuée par l'ONU à la Journée internationale des forêts. Cette date tombe cette année un dimanche, ce qui explique que la FAO célèbre cette Journée ce vendredi 19 mars. La cérémonie de ce matin est au nombre des initiatives prises pour célébrer les forêts, parmi lesquelles des cérémonies de plantation d'arbres, des colloques et tables rondes, des expositions d'œuvres d'art et des concours de photographie, qui ont lieu durant tout le week-end dans l'ensemble du monde.

Cette année, cette célébration se situe dans la première année de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, qui est axée sur la généralisation des efforts visant à éviter, enrayer et inverser la dégradation des écosystèmes dans le monde et à faire prendre conscience de l'importance de leur bonne restauration.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.