Afrique: La communauté internationale invitée à aider le Mali à restaurer l'autorité de l'Etat

Dakar — Alioune Tine, expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali, recommande à la communauté internationale de fournir à ce pays les ressources et l'assistance nécessaires pour l'aider à restaurer progressivement la présence et l'autorité de l'Etat.

"Je recommande à la communauté internationale notamment de fournir au Mali les ressources et l'assistance nécessaires pour aider le pays à restaurer progressivement la présence et l'autorité de l'État ainsi que les services sociaux de base et la sécurité sur l'ensemble du territoire, y compris les services judiciaires", a notamment déclaré M. Tine.

L'expert sénégalais présentait son rapport sur la situation des Droits de l'Homme au Mali, à l'occasion de la 46ème session du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, tenue à Genève en Suisse, ce lundi.

Dans ce rapport dont l'APS a eu connaissance, M. Tine a suggéré aux autorités maliennes, entre autres, de "manifester davantage leur volonté inébranlable de lutter contre l'impunité par des actes concrets".

Il leur a en plus demandé de "s'engager activement dans la mise en œuvre des recommandations pertinentes que le pays a acceptées lors de l'examen périodique universel de 2018 relatif à la lutte contre l'impunité ainsi que dans la mise en œuvre des recommandations de la Commission d'enquête internationale" sur le pays.

M. Tine recommande "d'accélérer les efforts pour adopter le plus rapidement possible la loi visant à lutter contre les violences basées sur le genre et de trouver urgemment, notamment avec l'aide de la communauté internationale, des alternatives à la fermeture des écoles pour raisons de sécurité, de façon à respecter le droit fondamental des enfants à l'éducation".

Alioune Tine a demandé aussi à la MINUSMA de "répondre de manière proactive aux menaces contre les civils et, notamment, de continuer à renforcer sa présence dans toutes les zones sensibles, y compris celles où les attaques contre les populations civiles sont les plus récurrentes et les plus menaçantes".

A la Cour pénale internationale, il a recommandé "d'ouvrir dans les plus brefs délais des enquêtes afin d'établir les responsabilités pénales sur les crimes relevant du statut de Rome qui ont été commis par le passé ou qui continuent d'être commis, en particulier dans le nord et le centre du Mali".

L'expert a recommandé "vivement" au Conseil des droits de l'homme "de rester saisi de la question de la situation des droits de l'homme au Mali et de continuer à soutenir le mandat de l'expert indépendant pour permettre une assistance continue, ainsi que le suivi et l'évaluation des progrès dans le domaine de la promotion et de la protection des droits humains au Mali".

Il a en outre souligné "l'impérieuse nécessité de mettre un terme au cycle infernal de l'impunité".

"Malheureusement, aucun progrès significatif n'a été observé en ce qui concerne les poursuites judiciaires des auteurs présumés des graves violations des droits de l'homme et atteintes à ces droits commises notamment au cours des deux dernières années", a-t-il relevé.

Alioune Tine a tenu à "saluer les diverses initiatives de réconciliation qui ont été prises par les autorités maliennes, la société civile ainsi que les autres acteurs pour apporter une solution aux violences sur fond de tensions communautaires".

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.