Cote d'Ivoire: Accroissement des ressources locales - La municipalité de Bonoua fait appel au projet e-commune

Mercredi 17 février 2021, à la salle Jean-Baptiste Améthier de la mairie de Bonoua, il lançait les activités du Plan stratégique de développement local (Psdl) et le Plan d'urbanisme directeur (Pud) en présence du Sous-préfet, Kra Kouadio Maïzan, de Sa majesté Nanan Kacou Venance, roi des Abouré Ehivet.

Hier, lundi 23 mars 2021, c'était le lancement du projet e-commune piloté par le Comité national de télédétection et d'information géographique (Cntig). Le maire Jean Paul Améthier est au travail. Justifiant cette initiative, il a indiqué que « les communes sont, à n'en point douter, de grands acteurs de développement local. Cependant, ce développement local nécessite d'importantes ressources financières.

Confrontée à la fois à la raréfaction des subventions de l'Etat et à une demande croissante en infrastructures et services de base (écoles, centres de santé, voirie, drainage, hygiène publique …), la municipalité de Bonoua doit être inventive dans la mobilisation des ressources financières locales. C'est dans cette optique qu'elle a initié ce projet ».

Cette opération, a poursuivi le maire, permettra à terme de « connaitre la situation géographique exacte des contribuables sur le territoire communal, d'accroitre nos ressources, d'effectuer le suivi-évaluation des projets, d'accroitre le recouvrement des ressources locales et surtout de contrôler et de suivre les recettes et leurs recouvrements etc ».

Aussi, le premier magistrat de la commune de Bonoua a-t-il prié les populations de réserver un accueil chaleureux aux équipes du Cntig. Ané Salé, conseiller technique du Cntig, représentant le directeur général de cette structure, a salué l'initiative de la mairie de Bonoua qui rejoint ainsi la longue liste des communes qui ont adhéré à ce projet qui, incontestablement, fournit aux collectivités un outil d'aide à la décision, un moyen qui aide à mieux organiser les taxes, une solution innovante, fiable qui occasionne en plus la création de nombreux emplois. Toute chose confirmée par M Méhi qui a présenté le projet sur PowerPoint.

Selon lui, après que la vingtaine de communes a choisi la solution e-commune, 750 jeunes ont eu un emploi. Ces communes ont vu pour certaines leurs recettes s'accroitre d'environ 100%, voire 200%. D'autres également ont vu leurs recettes se multiplier par 2, 4 voire 5. Il a indiqué que les quatre principales étapes du projet sont : la mise à jour du plan de la commune, l'identification des contribuables, le traitement des données, la livraison du projet.

Tous les commerces, les maquis, les stations-service, les propriétaires de lots, les salles de spectacles de la ville etc de Bonoua, de Yaou, de Samo, d'Adiao et de Thentechevé sont concernés. 40 jeunes qui ont au moins le baccalauréat comme diplôme seront recrutés pour ce projet. M Sondé Dieudonné, représentant le Sous-préfet de Bonoua, a félicité le conseil municipal pour cette belle initiative.

« Il s'agit d'un outil novateur pour le développement… Ce sont des performances qui seront réalisées… L'autorité préfectorale se tient disponible à vous accompagner » a-t-il dit. Des intervenants ont souhaité une vaste campagne de sensibilisation. Une doléance à laquelle le maire Améthier a donné quitus.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.