Afrique de l'Ouest: Greenpeace condamne le pillage massif des stocks de poissons mauritaniens essentiels à la sécurité alimentaire

communiqué de presse

Nouakchott, Mauritanie, 24 Mars 2021 - Le deuxième plus grand navire de pêche au monde avec un mauvais bilan de surpêche chronique a été repéré en train de pêcher dans les eaux mauritaniennes. Le navire FV Margiris est un géant chalutier battant pavillon lituanien, capable de capturer et de congeler 250 tonnes de poisson par jour, et ciblant les petits poissons pélagiques déjà fortement surpêchés en Afrique de l'Ouest et vitaux pour la sécurité alimentaire de millions de personnes dans la région.

« Les dommages environnementaux que la surpêche cause aux stocks de poissons et à la biodiversité sont immenses. Le Margaris utilise un filet plus grand qu'un terrain de football avec une capacité de stockage de 6000 tonnes. Ce navire est un véritable 'monstre' et une menace pour les ressources pélagiques déjà surexploitées », a déclaré Dr Aliou Ba, conseiller politique de Greenpeace Afrique.

Alors que les pêcheurs locaux et les femmes transformatrices de poisson luttent pour faire face à une crise sans précédent due à la pénurie de ressources halieutiques, des navires de pêche destructeurs venus du monde entier pillent les eaux ouest-africaines. Cette situation a entraîné l'insécurité alimentaire et la perte des moyens de subsistance des communautés locales. En outre, le niveau de chômage ne cesse d'augmenter à la suite de la crise du COVID-19 et des troubles sociaux dans la région ouest-africaine.

Le navire FV Margiris est présent dans les eaux mauritaniennes en raison d'un accord entre l'Union européenne (UE) et la Mauritanie, au détriment de millions de personnes qui dépendent des ressources halieutiques partagées dans la région ouest-africaine. Les ressources pélagiques les plus critiques pour la sécurité alimentaire régionale sont déjà surexploitées selon le dernier rapport du Comité des pêches pour l'Atlantique Centre-Est (COPACE).

« Tant qu'un système de gestion régionale efficace de ces pêcheries n'est pas mis en place, aucun accord ne devrait permettre l'accès aux petits stocks pélagiques fondamentaux pour la subsistance de millions de pêcheurs de la région ouest-africaine. Les super-chalutiers comme les Margiris n'ont pas leur place ici et constituent une menace pour notre sécurité alimentaire », a déclaré Dr Aliou Ba.

Greenpeace, d'autres organisations de la société civile et les populations de nombreux pays protestent et condamnent la présence du VF Margiris dans leurs eaux depuis des années. En 2012, le navire a été expulsé des eaux australiennes peu après que Greenpeace ait protesté contre le navire dans le port néerlandais d'Ijmuiden. En outre, des protestations de Greenpeace ainsi que de pêcheurs locaux contre le navire ont déjà eu lieu en Afrique de l'Ouest, et en 2019, le navire a été repéré en train de pêcher dans une zone de conservation marine au Royaume-Uni. Toutes les protestations étaient dues à l'extraordinaire capacité du navire à détruire la biodiversité marine.

Greenpeace appelle l'UE et la Mauritanie à donner la priorité aux pratiques de pêche durables plutôt qu'aux méga chalutiers industriels.

Greenpeace appelle également tous les pays d'Afrique de l'Ouest à convenir de mesures régionales pour la gestion des stocks partagés, sur la base d'avis scientifiques, et à interdire l'accès à leurs eaux à des navires surdimensionnés et dévastateurs comme le FV Margiris.

« Les intérêts des entreprises, comme dans le cas du FV Margiris, ne peuvent en aucun cas l'emporter sur la destruction de la biodiversité et les risques pour l'insécurité alimentaire et les moyens de subsistance de millions de personnes dépendant de la pêche et des protéines de poisson », a expliqué le Dr Ba.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X