Kenya: Vers une fermeture du camp de réfugiés de Dadaab

[Kenya] Les réfugiés attendent avec leurs effets personnels pour être récupérés avant leur transfert vers les camps de Dadaab, centre de réception de Liboi, le long de la frontière Kenya-Somalie dans la région reculée de l’est du pays, 28 novembre 2006. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a dépêché une équipe pour transporter 400 réfugiés de Liboi à Dadaab.

Le Kenya demande la fermeture de deux immenses camps de réfugiés sur son territoire. Les sites de Dadaab et de Kakuma abritent plus de 500 000 réfugiés, principalement somaliens pour le premier et sud-soudanais pour le second. Nairobi invoque des raisons sécuritaires. Une annonce qui inquiète mais dont l'application s'annonce extrêmement complexe.

Le ministre de l'Intérieur a donné 14 jours aux humanitaires pour établir un calendrier de fermeture. Fred Matiangi a déclaré qu'il n'y avait « plus de place pour les négociations » et que le gouvernement avait « l'obligation de protéger le Kenya », citant des attaques terroristes planifiées depuis les camps.

Depuis 2016, c'est au moins la troisième fois que le Kenya cherche à fermer Dadaab, le camp situé près de la Somalie. Dans un premier temps, la justice avait estimé que Nairobi ne pouvait pas contraindre les réfugier à rentrer. Puis, en 2019, c'est la diplomatie qui avait joué. « Les pays donateurs avaient fait pression, mettant en jeu des aides dont le pays bénéficie », confie un connaisseur, ajoutant que le gouvernement avait touché des millions de dollars de soutien, pour avoir respecté ce verdict.

Beaucoup de personnes voient cette nouvelle tentative comme un moyen de pression sur la Somalie, État avec lequel les relations sont très tendues. « Sauf que cette fois, ça semble plus sérieux, car Kakuma est aussi visé », confie un humanitaire.

Ce camp est surtout peuplé de Sud-Soudanais et l'argument sécuritaire interroge. « C'est un modèle en terme d'intégration avec les populations locales. Les problèmes de sécurité ressemblent à une rengaine usée qui en plus ne s'applique pas à Kakuma », indique un observateur.

Démanteler ces camps s'annonce comme une tâche titanesque, à la fois logistique et humaine. Beaucoup de réfugiés sont nés au Kenya ou y ont fondé une famille. Sans compter les conditions de retour en Somalie et au Soudan du Sud, loin d'être idéales.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X