Centrafrique: Bangui - L'ambassadeur de Russie menace François Bozizé

François Bozizé, Président de la Centrafrique

Lors d'une conférence de presse, Vladimir Titorenko, a sommé François Bozizé de se rendre au risque d'être neutralisé. L'ex-président centrafricain a pris la tête de la rébellion pour renverser le président Touadéra.

Les jours du leader de la CPC François Bozizé sont-ils désormais comptés?

A en croire l'ambassadeur russe à Bangui, Vladimir Titorenko, François Bozizé n'a que deux choix : "Il a déjà perdu son poste de chef de la CPC, il est juste coordonnateur. Il y a une seule solution à ce problème : soit Mr Bozizé et les autres leaders des groupes armés qui sont sur la liste de sanction du Conseil de Sécurité laissent la lutte armée contre le gouvernement ou soit ils continuent leur lutte je ne peux pas exclure que pendant les opérations militaires, qu'ils soient neutralisés par les forces armées de votre pays", a déclaré devant la presse le diplomate russe en poste à Bangui.

Une immixtion dans les affaires internes du pays dénonce Serge Simon Bozanga, porte-parole politique de la CPC.

"Monsieur Vladimir Titorenko sort complètement de son devoir de réserve en sa qualité de diplomate en s'immisçant de façon grossière et insolente dans les affaires intérieures de la République centrafricaine. Son intervention démontre à souhait.... de pouvoir donner un coup de pouce à Mr Touadéra et à son gouvernement à régler la crise sécuritaire centrafricaine non pas par la voie diplomatique, mais par celle des armes", s'insurge le porte-parole de la CPC.

La Russie et Touadéra

L'ambassadeur Titorenko n'est pas à sa première sortie et des responsables de la société civile ne sont pas d'accord avec le dipolamte russe. C'est le cas de Joseph Bindoumi est président de la Ligue Centrafricaine des Droits de l'Homme :

"Il n'a pas le droit de sortir du cadre de la diplomatie pour se mêler de la question qui concerne la cohésion de la vie en République Centrafricaine. Donc si j'avais été ministre des Affaires étrangères de la République Centrafricaine, j'allais demander au chef de l'Etat très respectueusement de contacter son collègue de la Russie de nous envoyer quelqu'un de plus poser, de plus diplomate pour nous orienter dans des actions que nous avons à mener par rapport à la sortie de crise en République Centrafricaine."

La présence de la Russe en Centrafrique a fait bouger les lignes diplomatiques en faveur des autorités de Bangui et beaucoup de Centrafricains s'interrogent sur le rôle réel que joue la Russie en RCA.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.