Togo: Nathaniel Olympio répond à Trimua

« Ce rapport qui est brandi comme preuve n'est pas fiable », dixit le ministre en charge des Droits de l'Homme, Christian Trimua, parlant du rapport d'audit produit par l'Inspection Générale des Finances dans le cadre de l'affaire « Pétrolegate » lors de son intervention sur les ondes de Victoire fm dans l'émission Retro 7 samedi dernier.

Cette déclaration du ministre remettant en cause la crédibilité du rapport d'audit mené, est tombée comme un coup de tonnerre dans les oreilles, ceci dit le président du Parti des Togolais a rapidement réagi sur page Facebook par rapport aux propos du ministre Trimua.

« Le rapport mené rondement par les hauts cadres de l'inspection générale des finances a confirmé les révélations de fraudes sur environ 500 milliards de francs cfa au préjudice du peuple togolais, telles que publiées par le Journal L'Alternative du confrère Ferdinand Ayité, d'ailleurs très injustement condamné dans cette affaire par la justice togolaise », a écrit N. Olympio

Pour ces propos du ministre qui mettent en doute le rapport d'audit produit par des experts, des hauts cadre d'Inspection Générale des Finances par l'entremise de son collègue du commerce Kodjo Adedze, l'opposant s'interroge « Le ministre des Droits de l'Homme vient mettre en doute la compétence et l'éthique de ces hauts cadres de l'Inspection Générale des Finances en déclarant que : ce rapport qui est brandi comme preuve n'est pas fiable. La justice va-t-elle condamner de la manière les cadres qui ont produit ce rapport ? Le ministre des Finances va-t-il abandonner ses cadres publiquement cloués au pilori par son collègue ? Aura-t-il le courage de laver l'affront fait à ses collaborateurs et à son autorité ? La guerre des ministres est-elle ouverte ? »

Tout porte à croire que les propos de Trimua vont à l'encontre de ceux du ministre Gilbert Bawara qui du moins, a approuvé le rapport d'audit mené, et les révélations de l'Alternative. « Dans le gouvernent togolais de ce mois de mars 2021, certains ministres semblent être des censeurs qui recadrent leurs collègues. C'est vrai que la publication de ce gouvernement n'a pas été faite dans l'ordre protocolaire, c'est donc à la pratique qu'on devine qui a le droit de recadrer qui », analyse Nathaniel Olympio.

Cependant l'opposant apporte son soutien à ces ministres qui optent pour la vérité et aux experts du ministère des Finances qui ont parfaitement joué leur rôle. « Aux cadres qui sont touchés par une telle agressivité indélicatesse, j'adresse mon soutien », a-t-il souligné.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.