Cote d'Ivoire: Lutte contre la fraude dans le secteur de l'eau - Tchagba met 100 jeunes sur le terrain

100jeunes, membres de la brigade Eau non facturée, ont reçu, vendredi 26 mars 2021, leurs kits de travail des mains du ministre de l'Hydraulique, Laurent Tchagba, après quinze jours de formation au CMEAU.

Selon le ministre, la fraude constitue une « gangrène » pour le secteur de l'eau. Il a révélé, à cet effet, que le secteur de l'eau perd chaque année 23 milliards de FCFA du fait de la non facturation de 36% de l'eau potable produite.

Ce qui représente 59 000 000 de mètres cube d'eau détournée au détriment des abonnés officiels de la Sodeci par les fraudeurs. La brigade aura pour tâche, entre autres, de mener des enquêtes sur les besoins en branchements sociaux et sur les réseaux frauduleux. »

Chaque fois que des réseaux frauduleux sont découverts, ils doivent être remplacés par des réseaux officiels et des actions de destruction doivent être menés conjointement par l'Onep et la Sodeci sous la supervision du ministère de l'Hydraulique », a indiqué le ministre Laurent Tchagba.

Il a ajouté que d'autres aspects de cette lutte contre la fraude sont en cours d'élaboration. Notamment l'aspect juridique. » Nous travaillons en ce moment sur les aspects législatifs et réglementaires de la lutte contre la fraude », a-t-il précisé. Aux membres de la brigade, Tchagba a demandé la probité dans le travail. »

J'attends de vous beaucoup d'honnêteté et de responsabilité. Vous avez l'obligation de nous remonter fidèlement toutes les informations collectées sur le terrain et être sourds aux sirènes de la corruption », a invité le ministre Tchagba.

Les 100 jeunes recrutés dans le cadre du projet APTF viennent gonfler le nombre d'enquêteurs membres de cette brigade à 180. D'un coût de 47 milliards de FCFA, le projet APTF qui est à 45% de son taux d'exécution vise à rendre l'eau potable disponible dans 155 sousquartiers non canalisés du Grand Abidjan.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.