Tanzanie: Philip Mpango devient vice-président

La présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan a nommé Philip Mpango, qui était ministre des Finances, au poste de vice-président.

Le parlement tanzanien a approuvé mardi la nomination de Philip Mpango au poste de vice-président après sa nomination formelle par la présidente Samia Suluhu Hassan.

Mme Hassan, 58 ans, a quitté le poste de vice-présidente lorsqu'elle a pris les rênes de la nation est-africaine le 18 mars après le décès du président John Magufuli des suites de problèmes cardiaques, dont il souffrait depuis une dizaine d'années, selon les autorités.

Les 363 législateurs ont voté sur la question mardi dans la capitale, Dodoma, et ont approuvé la nomination, rapporte le président du Parlement Job Ndugai. M. Mpango devrait prêter serment mercredi.

"Le Dr Mpango est un démocrate libéral renommé dans le domaine de l'économie, qui contribuera à faire avancer le programme économique de la présidente", a déclaré sur Bloomberg Bravious Kahyoza, professeur d'économie à Dar es Salaam. "Le fait qu'il ne soit empêtré dans aucune faction ou groupe au sein du parti au pouvoir signifie qu'il ne vient avec aucun bagage politique", a ajouté l'analyste.

Nomination surprise

Devant le Parlement, le nouveau vice-président a assuré qu'il veillerait à ce que les nombreux projets d'infrastructure initiés par le défunt p Magufuli soient achevés et qu'il "travaillerait sans relâche pour aider la présidente à sortir notre peuple de la pauvreté".

Cette nomination est une surprise, selon Richard Mbunda, professeur de sciences politiques à l'Université de Dar es Salaam, dont les propos ont été rapportés par l'Agence France Presse. "Nous avions besoin de quelqu'un d'un peu neutre comme lui pour éviter les divisions au sein du parti au pouvoir", a-t-il précisé.

En tant que ministre des Finances depuis 2015, M. Mpango a supervisé la stabilité macroéconomique et une politique budgétaire prudente qui ont aidé l'économie du pays à croître en moyenne de 6% à 7% au cours des cinq dernières années, selon les données du gouvernement. Il est également crédité de l'augmentation des recettes publiques, ce qui a été vital pour aider la Tanzanie à financer son budget sur le marché intérieur.

En février, M. Mpango, ancien professeur d'économie et économiste à la Banque mondiale, avait été au coeur d'une polémique alors qu'il était apparu le souffle court, incapable de retenir sa toux, lors d'une conférence de presse destinée à dissiper les rumeurs le disant mort de la maladie Covid-19.

La vidéo avait suscité émotion et indignation sur les réseaux sociaux alors que la Tanzanie - censée s'être "débarrassée" du coronavirus grâce à la prière, selon M. Magufuli - faisait face à une vague de décès imputés à des pneumonies, qui a touché jusqu'à de hauts dirigeants.

Samia Suluhu Hassan a promis de "reprendre là où Magufuli s'est arrêté". Tous les regards scrutent désormais un éventuel changement dans la direction du pays, notamment face au Covid-19.

Plus de: VOA

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.