Mali: Cérémonie symbolique pour les victimes de Tombouctou

Vue aérienne sur la ville de Tombouctou, dans le nord du Mali.

Une cérémonie symbolique de réparation aux victimes était organisée ce mardi 30 mars à Bamako par les autorités maliennes de transition et par la Cour pénale internationale. L'événement fait suite à la condamnation en 2016, par la CPI, d'Ahmad Al Faqi Al Mahdi, cadre du groupe jihadiste Ansar Dine, qui avait conduit la destruction des mausolées de Tombouctou en 2012. Les mausolées ont été reconstruits depuis, et cette cérémonie a été l'occasion lancer le processus de réparation aux victimes.

Vidéo du procès d'Ahmad Al Faqi al Mahdi, minute de silence pour les victimes du terrorisme au Mali et au Sahel... Cette cérémonie est d'abord un moment de recueillement. Elle est aussi l'occasion pour le président malien de la Transition, Bah N'Daw, de saluer le travail de la Cour pénale internationale après la destruction des mausolées de Tombouctou.

« Nous apprécions la détermination de la Cour, qui fait de la lutte contre l'impunité son cheval de bataille. Nous acceptons avec honneur l'euro symbolique en réparation du préjudice matériel et moral subi par le peuple malien. »

Un euro symbolique pour le peuple malien, et un autre pour l'humanité tout entière. Car la destruction des mausolées de Tombouctou constitue un crime de guerre contre le patrimoine mondial. Fatou Bensouda, procureur de la Cour pénale internationale, s'est exprimée : « Ce patrimoine fait partie de notre identité commune. Cette cérémonie est à la fois symbolique et historique. Elle atteste de l'importance cruciale de la réparation pour les victimes dans le processus judiciaire devant la Cour pénale internationale. »

2,7 millions d'euros viennent d'être débloqués par le Fonds d'indemnisation de la CPI, pour les victimes directes de la destruction des mausolées - c'est-à-dire les descendants des Saints - et pour tous les habitants de Tombouctou. Des projets d'appui économique et d'infrastructures doivent être mis en œuvre dans les trois prochaines années.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X