Guinée: Bah Oury sur la fermeture des frontières avec le Sénégal « Notre économie en souffre énormément »

Notre économie en souffre énormément sur la fermeture des frontières avec le Sénégal.

"Beaucoup d'activités sont aujourd'hui gelées. Beaucoup de ressortissants à l'intérieur du pays, les transporteurs, les paysans et tous les autres secteurs de la vie économique sont impactés négativement par la fermeture des frontières de manière prolongée, entre notamment notre pays et des pays comme le Sénégal, la Guinée Bissau,

le gouvernement devrait comprendre qu'en prolongeant la fermeture de ces frontières, c'est comme si vous avez un coureur qui veut être le premier, mais qui se tire une balle au pied. Il va de soit qu'il ne sera pas le premier dans la course".

"Notre économie en souffre énormément. On ne compte pas l'aspect qui concerne les problèmes humains et humanitaires qui sont liés à cela. Seuls ceux qui ont les moyens de voyager par avion peuvent aller dans ces pays aujourd'hui. La très grande majorité de la population en dehors de ceux qui sont des agents économiques ne parvient pas à aller au Sénégal ou en Guinée Bissau, parce qu'officiellement, tout est fermé,

nécessité absolue de la réouverture des frontières avec l'ensemble des pays limitrophes « .

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.