Mozambique: MSF intervient auprès des rescapés des attaques de Palma

communiqué de presse

Une équipe de MSF est arrivée le 29 mars dans la péninsule d'Afungi, à environ 25 kilomètres de la ville de Palma, où affluent des blessés et des personnes cherchant un refuge. L'objectif de MSF est de fournir une assistance médicale, de stabiliser les patients et de s'assurer que ceux qui se trouvent dans un état critique soient évacués.

Après la violente attaque lancée mercredi dernier par le groupe armé Al-Shabaab sur Palma, dans l'extrême nord du Mozambique, des centaines de personnes se sont dirigées vers Afungi en quête de sécurité, après avoir fui à pied et s'être cachées dans la brousse pendant des jours pour la plupart. « Les personnes qui ont fui sont terrifiées, témoigne Sylvie Kaczmarczyk, coordinatrice d'urgence de MSF. La plupart des déplacés sont en état de choc, déshydratés et affamés. Certaines personnes ont des blessures mineures ou modérées, d'autres sont dans un état critique avec des blessures graves, voire mortelles. »

Parmi ceux qui ont fui se trouvent des enfants. « Nous avons soigné un bébé blessé par balle. Les femmes enceintes arrivent aussi dans un état terrible - une femme, qui semblait être enceinte de sept mois, avait des saignements intenses ; son bébé était déjà mort. Des mères sont arrivées avec leurs nouveaux-nés, certains âgés d'un jour seulement, mis au monde dans des conditions très difficiles. La plupart des mères vues par l'équipe étaient en état de choc, déshydratées et n'avaient pas mangé depuis des heures ; elles n'étaient donc pas en mesure de nourrir leurs bébés. C'est une situation déchirante », décrit Sylvie Kaczmarczyk.

Avant les attaques, Palma comptait une population estimée à plusieurs dizaines de milliers d'habitants, dont des personnes qui avaient déjà été déplacées par les combats des mois précédents : depuis 2017 la province du Cabo Delgado, est ravagée par des combats entre l'armée du Mozambique et des groupes armés se revendiquant de l'Etat Islamique. Beaucoup d'habitants de Palma auraient maintenant fui la ville dans différentes directions : certains ont pris des bateaux en direction du sud, d'autres ont fui l'intérieur des terres dans la brousse ou à la frontière avec la Tanzanie, et beaucoup semblent encore se cacher dans les faubourgs de Palma.

Parallèlement au travail fourni à Afungi, d'autres équipes MSF se sont préparées à Mueda, Nangade, Montepuez, Pemba et Macomia pour répondre aux besoins médicaux et humanitaires des personnes fuyant Palma. Les équipes MSF ont, pour le moment, vu seulement quelques centaines de personnes arriver dans des endroits comme Mueda et Montepuez ces derniers jours. Certains souffrent de maladies bénignes, de douleurs musculaires et de blessures légères dues à de longues heures de marche, car le trajet depuis Palma à travers la brousse peut durer plusieurs jours, parfois sans accès à l'eau ou à la nourriture.

MSF s'efforce de déterminer où se trouvent actuellement les principaux groupes de personnes fuyant Palma afin d'y diriger des équipes et de fournir une assistance médicale et humanitaire adaptée lorsque cela est possible.

Partager sur Facebook

Partager sur Twitter

Partager sur LinkedIn

Partager par mail

Rejoignez Médecins Sans Frontières sur

A La Une: Santé et Médecine

Plus de: MSF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.