Cameroun: Journée mondiale du Théâtre - Des planches muettes

Le 27 mars, jour dédié à la célébration de cet art dans le monde, s'est passé tout en sobriété.

Samedi dernier, les planches ont perdu tout leur souffle, dans la majorité des salles de spectacle du monde. Le 27 mars, journée mondiale du théâtre, est passé, pour la deuxième année consécutive, dans une grande discrétion. Voilà deux éditions que, suite à la pandémie de Covid-19, le théâtre n'a pas été encensé à sa juste valeur. D'ailleurs, dans sa forme traditionnelle, il a quasiment disparu. Cet art vivant est devenu virtuel, car les scènes ont été fermées à double tour.

Les artistes ont perdu ce lien privilégié avec leur public. C'était donc un 27 mars particulier pour les acteurs de ce secteur artistique. Chacun y est allé de son « texte ». Pour Landry Nguetsa, metteur en scène, cette célébration s'est déroulée dans la méditation. « J'ai beaucoup réfléchi au sujet du discours de la directrice de l'Institut international du théâtre. Elle a demandé à tout ce qui aime cet art de ne pas baisser les bras, mais au contraire, de s'adapter à la situation que nous impose le Coronavirus, en offrant des spectacles en ligne par exemple », souligne Landry Nguetsa.

Sa journée mondiale du théâtre, le jeune metteur en scène l'a également vécue dans le recueillement. « Nous avons tout récemment perdu un immense personnage de notre univers artistique : Wakeu Fogaing. Alors ce samedi-là, j'ai parcouru à nouveau son œuvre : "Confessions de femmes" pour lui rendre hommage », lance Landry Nguetsa. Il est vrai que le décès du dramaturge camerounais, fondateur de la Compagnie Feugham de Bafoussam, le 22 mars dernier, quelques jours avant la journée de commémoration de cet art pour lequel il a donné toute sa vie, a quelque peu bouleversé les programmes.

C'est ce que confirme Jacobin Yarro, comédien et metteur en scène de renommée internationale. « Avec Ambroise Mbia, nous avions prévu une conférence au Centre culturel camerounais à Yaoundé ce 27 mars pour mettre un accent sur la réflexion et la discussion. Mais nous avons été frappés de plein fouet par le décès de notre ami et compère Wakeu Fogaing. Ce qui nous a fait annuler l'événement », regrette Jacobin Yarro. La comédienne et metteuse en scène Claudette Bediebe a elle aussi salué toute l'énergie apportée par Wakeu Fogaing, ce patriarche du théâtre. « Penser à lui m'a fait me résoudre à remonter sur scène, à interpréter une de ses pièces. J'ai cette rage de créer », reconnaît-elle. Claudette Bediebe déplore le fait que le théâtre est tué à petits feux par cette pandémie. Elle et ses confrères plaident pour que le théâtre, « cet endroit où nous artistes respirons, passons sur scène face à un public », retrouve son âme, le plus vite possible.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X