Afrique: Cacao - Forte réduction du prix payé aux planteurs en Côte d'Ivoire

Producteurs de cacao camerounais.

En ce début de campagne intermédiaire de commercialisation, les producteurs vont vendre leurs fèves à 750 francs CFA le kilo au lieu de 1 000 francs CFA en octobre dernier. L'annonce a été faite par le Conseil café cacao, qui gère la filière.

L'enthousiasme des producteurs ivoiriens de cacao aura duré moins de six mois. En octobre dernier, la plupart d'entre eux avait apprécié la hausse du prix de leurs fèves, passé de 825 francs CFA à 1 000 francs CFA le kilo (de 1,30 à 1,50 euro environ le kilo). L'embellie n'a pas survécu à la pandémie de Covid-19. La demande des consommateurs de chocolat a chuté.

En annonçant la baisse de 25% du prix payé au producteur, le directeur général du Conseil café cacao, Yves Koné, a évoqué des « difficultés de commercialisation » sur le marché mondial, ajoutant aussi un autre élément : une surproduction estimée à 100 000 tonnes en Côte d'Ivoire, pays qui fournit habituellement deux millions de tonnes de cacao, soit 40% de la production mondiale.

La moitié des planteurs ivoiriens sous le seuil de pauvreté

Oublié donc la perspective d'un prix suffisamment rémunérateur pour les planteurs sur le long terme. En octobre dernier, la Côte d'Ivoire et le Ghana avaient simultanément annoncé le prix de 1 000 francs CFA, après avoir obtenu des multinationales chocolatières une prime de 400 dollars (340 euros) la tonne, appelée « différentiel de revenu décent ».

Alors que les spécialistes de la filière s'accordent sur la faiblesse de la rémunération pour les producteurs, certains d'entre eux estiment que le prix de 1 000 francs CFA le kilo était trop optimiste et que celui annoncé de 750 francs CFA (environ 1,15 euro) est un retour à la réalité. Une analyse qui douche les espoirs des producteurs. Selon la Banque mondiale, un planteur ivoirien de cacao sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

A La Une: Afrique

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X