Afrique de l'Ouest: Co-financement de projets d'infrastructures régionale - La BAD et la Boad signent un protocole d'accord

La Banque africaine de développement (Bad) et la Banque ouest-africaine de développement (Boad) ont signé le 1er mars, un protocole d'accord définissant un cadre de partenariat stratégique pour le co-financement de la préparation des projets d'infrastructure régionale en partenariat public-privé (Ppp) en Afrique, impliquant au moins un État membre de l'Uemoa. Selon un communiqué de presse, les deux institutions étaient représentées respectivement par Serge Ekue, président de la Boad, et Solomon Quaynor, vice-président chargé du secteur privé, de l'infrastructure et de l'industrialisation à la Banque africaine de développement.

Dans le cadre de ce partenariat stratégique, précise-t-on, la Bad s'appuiera sur son Fonds spécial du mécanisme de financement de la préparation des projets d'infrastructures du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (Nepad-Ippf). Pour sa part, la Boad s'appuiera sur son Unité régionale de développement des projets en partenariat public-privé.

Les deux institutions entendent ainsi coopérer afin d'accroître la disponibilité des projets d'infrastructures régionales viables dans les transports, l'énergie, l'eau et les technologies de l'information et de la communication.

Le protocole d'accord, conclu pour une période de cinq ans, porte sur l'identification, la sélection et la priorisation des projets d'infrastructure régionale envisageables en partenariat public-privé, la réalisation des études de faisabilité ainsi que la structuration et l'appui à la transaction. À cet effet, les deux institutions établiront conjointement une liste de projets pouvant bénéficier d'un co-financement pour la préparation et s'accorderont sur les composantes du projet à financer, l'encadrement et la supervision des études ainsi que les modalités de décaissement. Pour la réalisation effective des projets, programmes et activités en lien avec leur domaine de coopération, les deux parties coopéreront à travers un éventail de mécanismes.

Au terme du partenariat, plusieurs résultats sont attendus. Il s'agit de l'élaboration d'une liste des projets régionaux susceptibles de faire l'objet d'un développement conjoint sous le modèle partenariat public-privé ; le co-financement chaque année, des activités de préparation d'au moins deux projets d'infrastructures partenariat public-privé, tirés de la liste des projets régionaux sélectionnés ; le renforcement des capacités d'au moins deux promoteurs de projets ou d'agences d'exécution sélectionnées et la création et la gestion conjointe d'une base de données sur le financement des projets d'infrastructures Ppp en Afrique de l'Ouest. Pour ce faire, la Boad et la Bad s'accordent sur le fait de travailler en synergie pour atteindre les objectifs du protocole d'accord.

Ce partenariat aidera les deux institutions et les pays de l'Uemoa à constituer rapidement un solide pipeline de projets préparés, bancables et de qualité, d'infrastructure régionale, dans le cadre de la relance des investissements dans les infrastructures post-Covid-19dans la région. Par conséquent, il contribuera à accélérer la mobilisation des investissements dans les infrastructures indispensables pour combler le déficit de financement qui s'amplifiera à la suite des impacts négatifs de la pandémie.

«Pour rappel, les relations entre la Boad et la Bad sont régies par un accord de coopération signé à Abidjan le 21 février 1978, la Bad étant par ailleurs actionnaire et membre du Conseil d'administration de la Boad », détaille la même source.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.