Afrique: Réunion du groupe consultatif africain - déclaration du président du groupe des gouverneurs africains et de la Directrice Générale du FMI

document

Washington. Le ministre Domitien Ndihokubwayo, président du groupe des gouverneurs africains, et Mme Kristalina Georgieva, Directrice Générale du Fonds monétaire international (FMI), ont coprésidé aujourd'hui la réunion du groupe consultatif africain qui s'est tenue au siège du FMI. [1] Ils ont fait la déclaration suivante à l'issue de cette réunion :

« Nous avons eu des entretiens très productifs sur les difficultés de l'Afrique et ses perspectives de reprise. L'Afrique reste secouée par l'urgence sanitaire de la COVID-19, qui a causé le pire choc économique depuis des décennies et a fait basculer des millions de personnes dans la pauvreté. L'Afrique du Nord devrait connaitre une croissance plus rapide en raison de la performance des exportateurs de pétrole et des pays ayant démarré tôt la campagne de vaccination contre le COVID-19. La reprise en Afrique subsaharienne devrait être bien plus lente que dans d'autres régions cette année. Les séquelles de la crise seront probablement de longue durée : dans beaucoup de pays, le revenu par habitant ne devrait pas retrouver son niveau d'avant la crise avant 2025.

« Pour sortir de la crise en toute sécurité et replacer l'Afrique sur sa trajectoire de convergence d'avant la crise, il faudra des politiques nationales bien calibrées et une aide plus élevée de la communauté internationale.

« Il reste absolument prioritaire d'augmenter considérablement les capacités de production de vaccins et d'accélérer leur distribution en Afrique, notamment en finançant suffisamment le mécanisme COVAX afin d'assurer une couverture vaccinale plus rapide que celle prévue à l'origine, à savoir 20 % de la population d'ici à la fin de 2020. Il est essentiel aussi de continuer de donner la priorité aux mesures visant à préserver les moyens de subsistance et à protéger les groupes vulnérables, ainsi que de combler les écarts d'instruction qui se sont creusés depuis la fermeture des écoles, au moyen d'un soutien budgétaire et d'un apport de liquidités bien calibrés et ciblés.

« Des mesures porteuses de transformation renforceraient la reprise en Afrique et faciliteraient sa transition vers une trajectoire de croissance plus résiliente, plus verte et plus inclusive. Des cadres budgétaires à moyen terme crédibles et bien calibrés peuvent contribuer à reconstituer de l'espace budgétaire et à remédier à la vulnérabilité liée à la dette. À cet effet, il conviendra d'accroître les recettes intérieures et d'améliorer l'efficience des dépenses, notamment en renforçant les systèmes de gouvernance et de gestion des finances publiques. La mise en valeur du capital humain et l'amélioration du climat des affaires dynamiseraient la productivité et attireraient des investissements privés. Afin de créer des emplois pour une main-d'œuvre africaine jeune et croissante, il est essentiel de promouvoir le commerce et l'intégration grâce à la mise en œuvre de l'accord portant création de la zone de libre-échange continentale africaine et d'encourager l'investissement dans les technologies numériques et des infrastructures résilientes au changement climatique.

« Le ministre Ndihokubwayo a souligné que l'Afrique aurait besoin de financements supplémentaires considérables pour atteindre ses objectifs de développement principaux. Il a appelé la communauté internationale à accroître son aide à l'Afrique pour que le continent puisse maîtriser la pandémie et débloquer son vaste potentiel, notamment son réservoir de jeunes talents.

« Mme Georgieva a répété que le FMI est déterminé à soutenir les mesures que les autorités prennent en vue de mettre fin à la crise et de retrouver une trajectoire de développement souhaitable. »

[1] Le groupe consultatif africain comprend les gouverneurs du FMI d'un sous-ensemble de 12 pays africains appartenant au groupe des gouverneurs africains (ministres des finances et gouverneurs de banque centrale africains) et la direction du FMI. Il a été créé en 2007 pour renforcer le dialogue entre le FMI et le groupe des gouverneurs africains. Le groupe consultatif africain se réunit lors des réunions de printemps, tandis que la direction du FMI rencontre tous les membres du groupe des gouverneurs africains lors des assemblées annuelles.

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.