Niger: Issoufou Mahamadou passe le témoin à Bazoum Mohamed qui a prêté serment ce vendredi pour un mandat de cinq ans

Palais présidentiel du Niger dans la capitale Niamey (photo d'archive).

Une nouvelle page de la consolidation démocratique s'ouvre. Le Président nigérien ISSOUFOU Mahamadou dont les deux mandats ont pris fin le 02 Avril 2021 laisse derrière un pays qui a réussi la transition démocratique entre deux Chefs d'États élus démocratiquement.

Avant l'actuel président Mohamed BAZOUM, lequel s'est prêté au rituel serment constitutionnel devant les illustres invités Chefs d'États africains et personnalités emblématiques du monde, son prédécesseur avait réussi la prouesse en 2011, à la faveur d'une élection présidentielle transparente et ouverte.

C'est ISSOUFOU Mahamadou, qui a lancé sa fondation IM pour la paix, le leadership et la bonne gouvernance la semaine dernière à Niamey a remis à son successeur BAZOUM Mohamed (66 ans) les copies de la constitution de la 7ème République.

La Cour constitutionnelle après avoir validé sur le plan juridique la victoire du candidat du P'DS-Taraya (parti d'Issoufou Mahamadou) a installé Mohamed BAZOUM comme le nouveau Président du Niger.

Ce dernier a prêté serment sur le livre Saint Coran, conformément à la constitution nigérienne devant une dizaine de Chefs d'État qui ont fait le déplacement de Niamey parmi lesquels Macky SALL, Ould Ghazouani, Idriss DÉBY, Bah NDAO, nouveau Président de la transition du Mali, Marc Kaboré, Umaru Emballo, Georges Weah.

Le Président de la Commission de l'Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat a aussi pris part à cette cérémonie d'investiture aux côtés de la Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, du Premier ministre de la Turquie, du ministre français Jean Yves LeDrian et du Haut representant du gouvernement luxembourgeois.

BAZOUM Mohamed, investi nouvel Président a rappelé son compagnonnage loyal et lointain d'avec son prédécesseur avant de soutenir que les défis cruciaux qui l'attendent sont gigantesques (éducation, santé, sécurité, bonne gouvernance, emploi des jeunes, industrialisation, redistribution des richesses aux fils du Niger, dialogue national politique inclusif etc..).

Le nouvel homme fort de Niamey est revenu sur la tentative de coup d'état qu'il a qualifié de malheureux pour la bonne marche de la démocratie nigérienne et de tous les acquis que son prédécesseur ISSOUFOU Mahamadou a laissés au pays.

Plus de: Confidentiel Afrique

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X