Centrafrique: Officialisation de la mort de Sidiki Abass, chef du puissant groupe armé 3R

La mort de Sidiki Abass, chef de l'un des plus puissants groupes armés en Centrafrique a été officialisée par le mouvement 3R. Un groupe très actif au sein de la CPC, qui cherche depuis décembre à renverser le pouvoir de Bangui. Selon ce groupe, il est décédé le 25 mars au centre de santé du nord du pays, suite à des blessures. Il était sous sanctions de l'ONU depuis septembre 2020.

La rumeur du décès de Sidiki Abass courait depuis mois. Mais jusqu'à présent son groupe refusait de le confirmer. Selon le communiqué du mouvement, les blessures qui l'ont vu succomber remontent au 16 novembre 2020, soit un mois avant le début de l'offensive rebelle contre la pouvoir de Bangui. Mais plusieurs sources sécuritaires et onusiennes, affirment que c'est en décembre dernier qu'il aurait été gravement touché au cours d'une embuscade contre l'un de ses convois.

3R régulièrement accusé d'exactions

À l'origine le groupe 3R se présente comme « défenseur » des communautés d'éleveurs peul du nord-ouest du pays, mais il est régulièrement accusé d'exactions. Et même s'il fait partie des quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix de Khartoum de 2019, il n'a jamais vraiment cessé d'être actif depuis. Quelques mois seulement après cet accord, Human Rights Watch (HRW) accusait le mouvement de crimes de guerre, après le massacre de 46 civils dans trois villages proches de Paoua.

Bien équipés

Selon plusieurs sources, Sidiki Abass était d'ailleurs visé par une enquête de la Cour pénale spéciale de Bangui, ce tribunal hybride chargé de juger les graves violations des droits humains dans le pays depuis 2003. Bien équipés, les 3R ont été en première ligne dans les combats engagés depuis décembre contre le pouvoir de Bangui. Leur maîtrise du terrain en fait une menace sérieuse, en dépit des progrès enregistrés depuis quelques semaines par les forces alliées.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.