Ghana: Des centaines de poissons et de dauphins échoués sur les plages ghanéennes

18 dauphins ont été retrouvés échoués sur les côtes de l’Île Maurice. La cause reste encore à déterminer .

Des tonnes de poissons ainsi que des dauphins morts ont été signalés ces derniers jours sur la côte ghanéenne. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de cet accident, du jamais vu dans ce pays anglophone d'Afrique de l'Ouest. Une équipe d'experts du ministère de la Pêche et de l'Aquaculture s'est rendue sur place.

Des cadavres de poissons et de dauphins, par centaines, étendus sur des kilomètres de côtes. Richmond Kennedy Quarcoo n'en a jamais vu autant. Le cofondateur de l'ONG locale Plastic Punch, visant à lutter contre la pollution plastique, était surpris vendredi de découvrir une dizaine de poissons morts à Nungua, dans la région d'Accra, la capitale. Et encore plus lorsque le même phénomène s'est répété ailleurs, en plus grand nombre.

« C'est la première fois que l'on constate un si grand nombre de poissons échoués sur des plages, et si l'on considère les 550 kilomètres de côtes du Ghana. C'est la première fois qu'un phénomène similaire se produit dans plusieurs endroits à la fois, à savoir : Axim, qui se trouve à l'extrême est, Osu et Nungua, qui sont proches du centre et Keta, qui se trouve à l'extrême ouest. C'est la première fois que cela se produit et tout le monde en est choqué. »

La différence, c'est qu'à Keta, il y avait des dauphins et d'autres poissons, alors qu'à Osu et à Nungua, il s'agissait plutôt de petits poissons. Nous pensons qu'il s'agit peut-être de deux phénomènes différents, mais il est encore trop tôt pour le dire.

Richmond Kennedy Quiarcoo de Plastic Punch : « il s'agit peut-être de deux phénomènes différents »

Des navires chinois responsables ?

Parmi les espèces retrouvées, il y a des poissons pélagiques, comme les thons, ou des démersales, comme les poissons ballons. Ce sont des espèces rares que les Ghanéens n'ont pas l'habitude de consommer.

Une alerte a d'ailleurs été lancée aux consommateurs par les autorités, explique Kojo Opong Nkrumah, porte-parole du gouvernement : « C'est parce que nous sommes inquiets que nous avons donné une alerte aux pêcheurs et aux poissonniers le long de la côte de ne pas être tentés de consommer ou de vendre ce qui a été échoué sur les plages, mais de permettre à l'enquête d'aller jusqu'au bout. »

Une décision qui risque de fragiliser davantage la confiance du public dans la pêche, estime Richmond Kennedy Quarcoo. Pour ce dernier, la cause de ces morts mystérieuses des poissons se trouverait dans la pêche agressive par des bateaux chinois. Les premières conclusions de l'enquête seront dévoilées mercredi.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.