Centrafrique: Le puissant groupe UPC s'engage à se retirer de la coalition rebelle du CPC

Archive - Le général Ali Darass dans son fief de Bambari en RCA.

En Centrafrique, l'un des plus puissants groupes armés du pays, l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) d'Ali Darassa « s'engage » à « se retirer de la Coalition des Patriotes pour le changement », la CPC, cette coalition rebelle formée en décembre et qui cherche depuis à renverser le président Touadéra. C'est ce qu'indique un communiqué diffusé lundi soir, et dont le porte-parole de l'UPC a confirmé l'authenticité.

Le document est manuscrit et signé de la main d'Ali Darassa. Le chef rebelle y déclare que lui et « ses officiers » s'engagent à « se retirer de la Coalition CPC », et « réitère [...] son engagement dans le processus de Khartoum ».

Cet accord de paix avait été signé en février 2019 par 14 groupes armés, mais dénoncé en décembre par six d'entre eux, dont l'UPC, à la veille de la présidentielle. Pour justifier ce revirement, Ali Darassa invoque les souffrances qu'endurent actuellement les Centrafricains : « insécurité », « situation sanitaire », « famine » et « non-assistance humanitaire » peut-on lire dans ce message, adressé à la communauté « nationale et internationale ».

L'UPC, un des groupes les plus actifs de la rébellion

Lundi soir, certains à Bangui restaient « prudents » sur la suite concrète qui sera donnée à cet « engagement ». Considéré comme le mieux équipé et l'un des plus actifs au sein de la rébellion, l'UPC est surtout présent dans l'est du pays, des zones réputées pour leurs gisements miniers.

Récemment, lors de la contre-offensive menée par l'armée nationale et ses forces alliées, Ali Darassa a quitté sa base de Bokolobo. Sa déclaration intervient quelques semaines après que le président Touadéra a annoncé l'organisation d'un dialogue dont les contours restent encore flous. À plusieurs reprises, le chef de l'État a exclu tout nouveau dialogue avec les responsables de la rébellion.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.