Afrique Centrale: Barrage de la Renaissance - A Kinshasa, un arrangement gagnant-gagnant pour les parties en conflit?

La réunion ministérielle sur le barrage de la Renaissance a été officiellement ouverte, dimanche 4 avril, à Kinshasa. Les ministres éthiopien, soudanais et égyptien des Affaires étrangères ont fait le déplacement dans la capitale congolaise. Ils espèrent avancer vers la résolution du conflit né de la construction de ce barrage sur le Nil par les Éthiopiens. Côté congolais, on espère que cette rencontre marquera le point de départ du processus de la concrétisation d'un accord entre les parties en conflit sur ce barrage controversé.

Du côté de la médiation congolaise, on se réjouit que les trois parties en conflit acceptent de se rencontrer en présentiel en dépit de la pandémie de coronavirus. Mais chacun est conscient des difficultés de régler ce différend. Félix Tshisekedi a proposé de garder la déclaration de principe signée en 2015.

La réunion de Kinshasa, a dit le président en exercice de l'Union africaine, se fixe comme objectif de déclencher une nouvelle dynamique pour permettre de consolider et mettre en place une feuille de route consensuelle. Cet instrument de travail devra fixer les objectifs, la périodicité et les lieux de rencontres pour ne plus perdre de temps.

Solutions concrètes

Félix Tshisekedi a demandé aux délégués d'être concrets et de proposer des solutions aux questions techniques et juridiques en suspens en vue de parvenir « à un règlement complet et définitif de la question ».

Le but étant de parvenir à un arrangement consensuel gagnant-gagnant, apaisant pour les uns et les autres, a t-il ajouté.Il a appelé les parties prenantes à avancer pour garantir à l'Éthiopie de remplir ses objectifs de développement tout en préservant « les droits et les intérêts » de l'Égypte et du Soudan.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.