Afrique: L'augmentation des prix du gaz ménager fait grincer les dents au Faso

Depuis plus d'une semaine, les prix des hydrocarbures sont en hausse au Burkina: 10 francs CFA de plus et le gaz butane, 500 francs CFA. Les consommateurs sont mécontents. Le gouvernement justifie cette augmentation.

L'annonce a été faite par le ministère du Commerce lui-même dans un communiqué signé le 19 mars. Le prix de la bouteille de gaz butane de 12,5kg passe de 5.000 à 5.500 francs CFA et même plus dans certains points de ventes. Le carburant, le Super 91, le Gasoil et le Pétrole connaissent une augmentation de 10 francs CFA.

Cette augmentation n'est pas la bienvenue en ce moment vu que la vie est déjà assez chère, selon la Ligue des consommateurs du Faso.

"On assiste à une augmentation sans précédent des produits de première nécessité. Le consommateur se débat. Il n'était pas opportun d'augmenter ces prix", a affirmé Dasmané Traoré, le Président de la ligue des consommateurs du Burkina.

Dans les quartiers, les citoyens leur donnent raison.

"Je ne suis pas content. Le pays va mal. Les affaires ne marchent plus comme avant. 2000 francs pour une bouteille de 6 kg et 6.000 francs pour une bouteille de 12 kg c'est trop", explique Rasmané Djiguimporé, un consommateur.

Du coup les revendeurs ont des problèmes avec les consommateurs. "Ils pensent que c'est nous qui avons augmenté les prix et pourtant ce n'est pas le cas. Ça fait 5.500", a dit Mahamoudou Tiendrebeogo, un détaillant de Ouagadougou.

Le gouvernement justifie cette augmentation par la donne internationale.

"Il s'agit d'une situation de marché international qui nous impose des réajustements. Ce qui est important c'est de voir comment ce réajustement qui s'impose pour des raisons économiques peut être amorti pour la population. C'est de cela qu'il s'agit", a déclaré Ousseni Tamboura, le porte-parole du gouvernement.

En attendant, les populations devront continuer à vivre ces augmentations. Elles espèrent que bientôt, le gouvernement va procéder à une éventuelle diminution des prix.

Plus de: VOA

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.