Ile Maurice: Spectre du Covid-19 - 2e jour de manifestation à Agalega

Après les débardeurs hier, c'est au tour de toute la population des îles du Nord et du Sud d'Agalega de manifester leurs craintes et appréhensions en ce mardi 6 avril.

À l'arrivée du «Mauritius Trochetia» hier matin, ils ont appris qu'un des travailleurs indiens à bord était en isolement dans la cabine 305 du bateau. Celui-ci s'y trouve toujours alors que les autres passagers ont pu descendre du bateau vers 15 heures, hier.

«Travayer Afcons izolé dan kabinn 305 MV Trochetia. Pa desann Agalega.» «Pena test Covid-19 dan Agalega.» «Protez nou tizil kont Covid-19.» «Pa pe respekte drwa Agaleen.» «Agalega pou ki?» C'est munis de pancartes affichant ces revendications que des Agaléens continuent de protester mais en plus grand nombre aujourd'hui.

En fait, depuis la fin de la semaine écoulée, ils ont eu vent qu'un travailleur indien d'un contingent de quelque 100 ouvriers d'Afcons - l'entrepreneur indien chargé de la construction d'une nouvelle piste d'atterrissage, de l'agrandissement de la jetée, entre autres infrastructures, à l'île du Nord - en partance pour Agalega, aurait été testé positif.

D'où la raison, ont-ils appris, pour laquelle le Mauritius Trochetia, qui devait initialement lever l'ancre le 1er avril à Port-Louis, n'a pu le faire que le lendemain dans la soirée. Inquiets pour leur petite communauté de moins de 250 personnes, des Agaléens ont sollicité l'express dans la soirée de vendredi pour demander des clarifications au ministre de la Santé.

Lors du point quotidien du comité national de communication sur le Covid-19, samedi, le Dr Kailesh Jagutpal a répliqué que tous les passagers concernés ont effectué 14 jours en quarantaine et trois tests PCR avant d'embarquer à bord du navire passagers-marchandises. «Tous étaient négatifs, sauf un cas suspect. Mais au final, le laboratoire a confirmé qu'il n'y avait pas de cas positif à bord.»

Sceptiques malgré tout, des Agaléens, qui normalement s'occupent de décharger la marchandise à chaque arrivée du Mauritius Trochetia, ont voulu s'en assurer personnellement, après que le bateau a jeté l'ancre à Agalega vers les 7 heures hier matin. C'est ainsi qu'ils ont appris qu'un des passagers était en isolement dans la cabine 305 du bateau.

Le capitaine, qu'ils ont interrogé, n'a pas de réponse à leur fournir. Ces Agaléens ont alors brandi des pancartes pour manifester leurs craintes et appréhensions, affirmant qu'ils ne laisseront descendre aucun passager tant qu'ils n'auront pas l'assurance que tous les tests sont négatifs.

Tous les membres des forces de l'ordre telles que la Special Mobile Force, la National Coast Guard et la police régulière sur place ont été déployés. Des témoins racontent qu'à un moment, un haut cadre de la police «inn met bal dan fizi devan nou» pour intimider les manifestants. Mais ces derniers affirment qu'ils ne reculeront devant rien pour protéger la santé de leur communauté.

«On a demandé que l'on trouve une solution. Par exemple, les travailleurs indiens peuvent dormir sur le bateau jusqu'à ce que le Dornier transporte des tests PCR dans l'archipel. Si on voit que tous les tests sont négatifs, nous n'aurons aucune objection à ce qu'ils quittent le bateau», a-t-on soutenu du côté des protestataires, hier.

Par ailleurs, le fait que, comme le veut le protocole à chaque arrivée du Mauritius Trochetia, le médecin affecté à l'île du Nord, soit monté à bord pour son évaluation de routine ne rassure nullement les habitants. «Il a pris un risque énorme en s'exposant à une possible contamination», déplore-t-on.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.