Congo-Kinshasa: Une grève pour mettre un terme aux massacres à Beni et Butembo

Des organisations de la société civile ont lancé une grève dans le territoire de Beni et la ville de Butembo pour protester contre les massacres dans la région et pousser les autorités à agir.

Ce sont les organisations "Veranda Mutshanga", "Lutte pour le changement" (Lucha) et d'autres groupes de pression qui ont lancé la grève générale dans le territoire de Beni et la ville de Butembo. Un mouvement de cessation des activités qui a commencé lundi (05.04.2021) et qui devrait durer selon les organisateurs, dix jours.

Ces derniers n'excluent pas de renforcer leurs actions si leurs revendications ne sont pas pris en compte. Ils asurent par ailleurs que le mouvement de grève est plutôt bien suivi pour le moment.

L'objectif de la grève est de mettre "la mission de l'ONU en RDC (Monusco) et les Forces armées de la RDC (FARDC) face à leur responsabilité à cause des massacres". Des masacres souvent attribués aux rebelles présumés des ADF qui sévissent dans cette région frontalière de l'Ouganda.

Ce rebelles des ADF sont considérés actuellement comme les plus violents parmi la centaine des groupes armés actifs dans l'Est de la RDC. Leurs attaques touchent depuis quelques mois les territoires voisins d'Irumu et Mambasa, dans la province de l'Ituri.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.