Cote d'Ivoire: Nouveau gouvernement, sans l'opposition

Alassane Ouattara, président de la République de Côte d'Ivoire.

La composition de la nouvelle équipe a été annoncée ce mardi. Un gouvernement de 41 membres sans l'opposition. Pas de véritables bouleversements.

Dans ce premier gouvernement de Patrick Achi, la ministre Kandia Camara qui gérait jusque là, l'Education nationale, a été nommée aux Affaires étrangères. Elle devient par ailleurs numéro deux du gouvernement.

Téné Birahima Ouattara, frère cadet au président ivoirien, est nommé ministre d'Etat et confirmé à la Défense.

Le général Vagondo Diomandé, autre fidèle du chef de l'Etat, conserve son poste de ministre de l'Intérieur et de la Sécurité.

Un autre fidèle du président Alassane Ouattara prend des galons dans l'ordre protocolaire. Il s'agit de Kobenan Kouassi Adjoumani, qui devient ministre d'Etat en charge de l'Agriculture et du développement rural.

Plusieurs ministres restent en fonctions. Il s'agit, notamment d'Alain Richard Donwahi aux Eaux et forêts, Kaba Nialé au Plan et au développement, Moussa Sanogo au Budget, Amadou Koné aux Transports ou encore Mamadou Touré à la Promotion de la jeunesse.

Les nouvelles têtes

Parmis ceux qui font leur entrée, on retrouve Amadou Coulibaly, patron des services de renseignement extérieurs, qui est nommé ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Pierre Dimba, l'ancien directeur général de l'Ageroute est promu ministre de la Santé. Quant à Thomas Camara, ancien Directeur général de la Société ivoirienne de raffinage (SIR), il devient ministre des Mines, du pétrole et de l'Énergie.

Au nombre de ceux qui quittent le gouvernement, figurent, Ally Coulibaly, qui était aux Affaires étrangères, Sidiki Konaté, qui occupait l'Artisanat, ou encore Eugène Aka Aouélé, qui avait en charge la Santé et qui a été nommé à la tête du Conseil économique et social.

Le gouvernement compte 41 membres dont huit femmes, avec peu de changement aux principaux postes.

"un gouvernement de mission"

Pour le politologue, Geoffroy Kouao, l'objectif qui est assigné à ce gouvernement est la croissance et la compétitivité économique. Donc un gouvernement de mission.

"Le Premier ministre, Patrick Achi, a formé un gouvernement de technocrates. Il est lui-même un technocrate. Et si vous regardez bien le profil de la plupart des ministres, ce sont des technocrates qui viennent de la sphère privée", affirme l'analyste.

Geoffroy Kouao salue le nombre réduit de cette nouvelle équipe et surtout le fait que certains ministères importants soient dirigés par des femmes.

"La première remarque qu'on fait à la lecture de l'équipe gouvernementale, c'est qu'elle est moins pléthorique que la précédente. Deuxième remarque, c'est la présence moins importante des femmes. On a sept ministres femmes. Cependant, les femmes occupent des ministères importants dont un ministère régalien, le ministère des Affaires étrangères. Ce qui est extrêmement remarquable", estime-t-il.

Geoffroy Kouao explique l'absence de l'opposition dans ce nouveau gouvernement par le fait que celle-ci a perdu les élections présidentielle et législatives.

"Pas question de légitimer le pouvoir"

Mais, Marie Noëlle Houlé, membre du bureau politique du PDCI-RDA de Henri Konan Bédié, soutient que l'opposition est toujours dans la dynamique de faire respecter la Constitution, violée selon elle, par le président Alassane Ouattara qui débute son troisième mandat.

"Il nous est impossible de légitimer son coup d'Etat institutionnel en participant à un quelconque gouvernement. Pour la suite, nous demandons à ce gouvernement de libérer sans conditions tous les prisonniers issus de la crise postélectorale et de la désobéissance civile. Y compris Pulchérie Gbalet", affirme-t-elle.

De nombreux Ivoiriens espérent surtout que ce nouveau gouvernement favorisera la réconciliation nationale avec le retour annoncé de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.