Afrique: Accès aux vaccins contre le Covid - La Fondation Mo Ibrahim préconise des "actions urgentes"

Dakar, 6 avr APS) - La Fondation Mo Ibrahim appelle à "une série d'actions urgentes" visant à renforcer l'accès aux vaccins contre le Covid-19 en Afrique, dans une déclaration rendue publique ce mardi.

Dans ce texte co-signée par les membres du conseil d'administration de la Fondation, ceux du comité du prix Ibrahim et les lauréats du prix Ibrahim, il est préconisé "une série d'actions urgentes visant à renforcer l'accès aux vaccins en Afrique".

La garantie d'un accès égal et équitable aux vaccins est un enjeu de sécurité mondiale, et une question d'intérêt commun. Nous savons tous que si le virus n'est pas efficacement éliminé partout, il continuera à se propager et à muter.

Les signataires de la déclaration appellent "à des engagements immédiats et concertés pour faire avancer l'équité vaccinale. Cela implique notamment l'allocation de ressources financières supplémentaires pour les pays qui en ont le plus besoin et le renforcement des capacités locales de production de doses de vaccins".

"Tous ces sujets feront l'objet d'un prochain rapport de la Fondation sur « L'Afrique et la COVID-19 : un an après » et seront au cœur des discussions du Forum Ibrahim 2021 pendant le Ibrahim Governance Weekend, qui se tiendra virtuellement du 3 au 5 juin 2021", annonce-t-on de même source.

L'Afrique "n'a reçu que 0,5 % des doses de vaccins distribuées, selon les dernières données", alors même que le continent est l'un des "plus vulnérables du monde" et qu'il "abrite 17 % de la population mondiale", fait valoir la Fondation Mo Ibrahim.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) conduit un mécanisme internationale appelé Initiative Covax et comportant un mécanisme de financement visant à aider 92 pays défavorisés.

Mais malgré cette initiative, l'inégalité d'accès aux vaccins anti-Covid entre pays riches et pauvres "se creuse" et devient "grotesque", a dénoncé le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le 22 mars dernier.

Le patron de l'OMS a prévenu que si cette situation perdure, le monde court le risque de voir le virus prendre le monde en otage pendant encore plusieurs années.

Plus de 455 millions de doses ont été administrées dans le monde, dont plus d'un quart aux États-Unis, selon des données datant de fin mars et compilées par des médias internationaux.

Selon les mêmes données, globalement seulement 0,1% des doses administrées dans le monde l'ont été dans des pays à "faible revenu", tandis que les pays à "revenu élevé" (16% de la population mondiale) concentrent plus de la moitié des doses injectées (56%).

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.