Burkina Faso: Violence basée sur le genre - La CAPSSR veut aider les femmes à jouir de leurs droits

La Communauté d'action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina (CAPSSR- BF), en partenariat avec Oxfam, a lancé le 1er avril 2021 à Ouagadougou son « projet d'aide à la prévention et à la réduction des violences faites aux femmes et aux filles ».

La promotion de l'égalité des droits des femmes constitue le cheval de bataille de la Communauté d'action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina (CAPSSR- BF). En effet, elle a lancé un nouveau projet « Voix et leadership des femmes (VLF) », dénommé « projet d'aide à la prévention et à la réduction des violences faites aux femmes et aux filles ».

Ce projet, financé par OXFAM à travers Affaires mondiales Canada (AMC), s'inscrit dans un projet global « Voix et leadership des femmes (VLF) ». Il sera mis en œuvre dans trois communes de la région du centre (Komsilga, Tanghin Dassouri, Pabré) et dans deux communes de la région du nord (Ouahigouya, Yako) et s'étalera sur trois ans.

L'objectif est de contribuer à l'effectivité des droits des femmes et des filles en luttant entre autres contre les violences basées sur le genre. Les actions seront menées à l'endroit des cibles primaires telles que les femmes et les filles de moins de 25 ans ; les filles et les handicapées de moins de 25 ans ; les femmes et les filles en situation de déplacées internes moins de 25 ans. Comme cibles secondaires le projet compte toucher les acteurs judiciaires, extra judiciaires, les leaders communautaires coutumiers et politiques.

Pour la présidente du conseil d'administration de la CAPSSR, Mme Mariam Nonguerma, les violences subies par les femmes constituent l'une des violations des droits de l'homme les plus répandues dans le monde ; parfois banalisées, voire encouragées par des stéréotypes, et reflètent la manifestation la plus aiguë de l'inégalité homme-femme.

A travers ce projet, dit-elle, la CAPSSR-BF entend contribuer à la mise en œuvre des actions du gouvernement pour une société de droit et d'équité. « Avec Voix et Leadership des Femmes (VLF) de OXFAM, la CAPSSR-BF s'inscrit ainsi dans l'atteinte de l'objectif- Amélioration de la jouissance des droits humains pour les femmes et les filles ainsi que le progrès de l'égalité entre les sexes au Burkina Faso », a -t-elle précisé.

« Avec l'accompagnement de tous les acteurs, les conditions des femmes et des jeunes filles connaitront une nette amélioration », espère la chargée de mission au ministère de la promotion de la femme, Mme Ursule Kaboré (au milieu).

En lançant le projet, la chargée de mission de la Ministre en charge de promotion de la femme, Mme URSULE KABORE/BOUDA a indiqué que ce projet s'inscrit dans l'atteinte de l'objectif de son département. Il s'agit de « l'amélioration de la jouissance des droits humains pour les femmes et les filles ainsi que le progrès de l'égalité entre les sexes au Burkina Faso ».

Selon elle, le respect des Droits de la femme et de la jeune fille occupe une place importante et que le ministère en charge de promouvoir les droits des femmes ne ménagera aucun effort pour assurer le bien-être et l'épanouissement des femmes et des jeunes filles au Burkina.

Mme Ursule Kaboré, a espéré qu'avec l'accompagnement de tous les acteurs, les conditions des femmes et des jeunes filles connaitront une nette amélioration. Dans tous les cas le ministère de la santé représenté par Mme la Secrétaire technique chargée d'assurer la transition démographique (ST/ATD), Mme ADJAMI R. Euphraise BARRY, a rassuré l'appui de son département à la réussite du projet.

La CAPSSR-BF est une coalition qui regroupe plusieurs organisations de la société civile qui travaillent pour la promotion de la Santé de la Reproduction au Burkina Faso. Elle vise la construction d'une société dans laquelle les femmes et les hommes jouissent équitablement de leurs droits en matière de santé sexuelle et reproductive.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.